Article

SUD-OUEST : Tyrosse veut éclaircir son horizon

Au fil d’un derby contre Peyrehorade évoquant l’histoire de La Fougère, l’UST doit s’attacher à garder la main dimanche pour conserver sa place dans le top 4 et voir plus loin

Le rugby pro ayant entre-temps fait son œuvre, il a fallu revisiter quelques pages d’archives pour retrouver trace des petits hommes verts foulant l’herbe de La Fougère. À écouter les anciens, certains évoquaient le quart de finale de Piquessary, l’année du titre de champion de Groupe B en 81; d’autres faisaient allusion à un homérique duel pour le compte de la saison 73-74, peut-être, avec une UST dans le sillage de Firmin Moncet et le cap à cap programmé des frères Mensan.

Pour un peu, on en aurait presque oublié les deux pieds de nez dédicacés par les ambassadeurs du Pays d’Orthe au fil du cycle 96-97, dans le cadre du championnat Groupe A2. Deux piqûres de rappel d’un point, illustrant on ne peut mieux l’improbable destinée d’un derby.

Deux hommes clés de Semisens étaient déjà de la partie, puisque François Gelez étalait son talent naissant en numéro 10, pendant que Christian Laclau, déjà rappelé en pompier de service, usait son « survêt » sur le banc des coachs. Si ces faux pas de l’époque n’ont pas gâché leur carrière, l’actuel coprésident préfère évoquer le présent et les espoirs qu’ont fait naître les dernières productions tyrossaises.

« Depuis le match de Mauléon qui a agi en véritable déclic, on est sur une bonne dynamique. Même la sortie d’Auch, avec un collectif chamboulé, au vu de l’implication des jeunes et le contenu de nos 20 dernières minutes, ne doit pas être dévalorisée ».

Un nouveau cap

Un état de fait confirmé face à Saint-Jean-de-Luz, battu dans tous les secteurs, dimanche dernier. Le genre même de prestation qu’il faudra rééditer pour tenter de désarçonner un quinze peyrehoradais épatant de pugnacité et de caste ovale. « Ils se sont aguerris et ont appris très vite pour se mettre au niveau. Mais vu leur final à l’aller, même si on était un peu sortis du match, on savait qu’ils allaient s’accrocher ». S’ils ne veulent pas tendre le bâton pour se faire battre, les Tyrossais seront bien inspirés de maîtriser leur conquête.

« Ce match, c’est un nouveau cap pour asseoir nos positions dans le quatuor de tête. La suite en janvier sera tout aussi déterminante mais ça passe par un sans-faute à domicile. Si on sait rester sérieux dans ce que l’on entreprend, sans surjouer, on peut miser sur une 2e ou 3e place. »

Demain, le reste se jouera en mode populaire autour du stade aussi. Si les riverains du Gave avaient su profiter de l’impact du match aller, Semisens espère se montrer à son tour à la hauteur de l’ovale événement, chapeauté par le Conseil général des Landes. Une reconnaissance pour ces deux centres de formation labellisés dans l’esprit. « Le Bas Adour va déferler, il va y avoir du monde des deux camps et tous les partenaires affichent leur intérêt ». La fête promet d’être belle. Pour les locaux, elle ne sera aboutie qu’en cas de domination sur le carré vert, « voire d’autres résultats qui peuvent aussi nous être favorables ».

Tyrosse (2e/33pts) – Peyrehorade (10e/21pts), dimanche à 15h30


Vu de Peyrehorade

Peyrehorade espérait avoir l’esprit un peu tranquille pour livrer bataille à Tyrosse. Mais dimanche dernier, ça s’est mal passé : il a perdu de peu à la maison contre Anglet et reste ainsi sur cinq défaites consécutives. Pour espérer exister contre son voisin, il lui faudra d’abord retrouver une conquête efficace, car celle-ci s’est quelque peu étiolée.
Compte tenu des conditions météo, il lui faudra aussi faire preuve de sobriété dans le jeu. Pour ce match, il retrouve son capitaine Darricau (2e ligne) ainsi que Bourlon (centre), mais part, en plus de ses joueurs déjà blessés, sans Andoni Duvert (2e ligne) et Belleret (demi de mêlée), tandis que Pandelo est incertain. Il faudra attendre un peu pour les beaux jours…


Jean-Marc Darribat

Leave a Reply