Article

Sud-Ouest du 24/02/2020 : « L’UST est partie trop tard »

MARMANDE – TYROSSE Les Tyrossais ont fini très fort et bien failli arraché la victoire en fin de match. Malheureusement, leur entame leur a été fatale

US Marmande . . . . . . . . . . . . . 28

US Tyrosse . . . . . . . . . . . . . . . 25

Lieu Marmande (stade Georges-Dartiailh). Spectateurs 1 100 environ. Arbitre M. Albert (Occitanie). Mi-temps 21-11. US Marmande 4 essais de Chateauraynaud (9e), de pénalité (17e), Rioualen (32e), Ren (52e) ; 4 transformations de G. Barès.

L’équipe : Pierre – Rioualen, François (Potgieter, 52e), De Koker, G. Barès (Moussaïd, 58e) – (o) Bugeat, (m) Chateauraynaud (Abel Thomas, 43e) – Ren (Ant. Thomas, 43e), Broudiscou (cap.), Lajonie – Vaccaril (Marmié, 77e), Störm – Ahaouche (M. Barrès, 56e), De Carvalho (Kankowzski, 52e), Moretto (Sicaud, 30e).

US Tyrosse 3 essais de Dubert (40e), collectif (57e), Loustounau (78e) ; 2 transformations (57e, 78e) et 2 pénalités (11e, 19e) de Dubert.

L’équipe : Dubert – Barbe (Chasseur, 57e), Descazeaux, Decarnin, Villacampa – (o) Hourcade (Baldy Martin, 67e), (m) Loustounau – Montois, Lafitte, Lesbats (Dicharry, 52e) – Khan, Samson (Vervoort, 45e) – Bélestin (Alvarès, 32e), Aspiroz (cap.) (Brissot, 45e), Dominici.

Carton jaune : Montois (16e).

Marmande finit mal ses matchs, c’est un doux euphémisme. L’USM a encore une fois tutoyé une large victoire et le bonus offensif avant de frôler le pire, les Tyrossais se montrant plus que menaçants jusqu’à la 86e minute, n’abdiquant qu’au terme d’un final irrespirable. Un final qui laissera des regrets à l’UST, qui avait les moyens de faire mieux que ce bonus défensif hier.

Tout avait bien commencé pour les hommes de Jalil Narjissi et Christophe Tarozzi dont le pack dominait d’entrée les débats au point d’inscrire le premier essai par le demi de mêlée Chateauraynaud, suite à un pilonnage en règle du camp visiteur consécutif à une échappée du pilier Moretto. Dubert réduisait l’écart sur pénalité, mais cinq minutes plus tard, le pack local donnait la leçon en mêlée fermée, au point que M. Albert filait en levant le bras entre les poteaux tyrossais (14-3). À la 32e, alors que Moretto quittait le terrain blessé au genou, de nouveau en exergue près de la ligne tyrossaise sous les coups de boutoir de Broudiscou, Ren et Ahaouche, le pack marmandais gagnait une mêlée fermée et envoyait Rioualen à l’essai près du poteau de coin.

Les locaux menaient alors 21-6 et Tyrosse, malmené dans tous les secteurs du jeu, semblait bien loin de pouvoir réagir au point de combler son handicap. Juste avant la pause et après avoir remonté les trois-quarts du terrain, les hommes de Gelez et Mareuil marquaient sur pénaltouche, en choisissant le côté fermé et le débordement de Dubert, pour revenir dans ce match. À la 52e, Ren marquait sur une charge de Broudiscou et une échappée grand large de l’arrière Pierre qui retrouvait son troisième ligne pour la conclusion. Marmande marchait sur l’eau, menait 28-11 et tenait le bonus offensif. Pas pour longtemps, car les débats s’intensifiaient et Tyrosse marquait consécutivement à une pénaltouche captée par Dicharry (28-18, 57e).

Stupeur dans le stade

Sentant l’exploit possible, les Tyrossais se mettaient en devoir de mettre le feu sur tous les ballons leur échouant et semaient le trouble dans les esprits locaux. Ainsi, à la 78e, le demi de mêlée Loustounau s’échappait derrière sa mêlée et filait à toutes jambes inscrire l’essai dans la défense béante des Marmandais. Dubert transformait et à 28-25, la stupeur s’installait dans les travées de Dartiailh.

Mettant la main sur le ballon, les visiteurs occupaient les cinquante mètres marmandais et bénéficiaient de deux pénalités qu’ils transformaient en pénaltouches. La première tentative avortait et sur la seconde, jouée à la 86e, l’alignement local souvent défaillant en fond trouvait la ressource pour confisquer le ballon d’une probable victoire aux visiteurs. Ouf !

Michel Roussille

Réaction.

Romain Mareuil (co-entraîneur de Tyrosse) :

« Déçu du résultat final ! On s’est pourtant donné les moyens de l’emporter sur la fin. Ceci dit, on a mis une mi-temps pour entrer dans le match. On a été dominés en puissance avant de recadrer progressivement tout ça. La deuxième mi-temps et surtout la fin ont été les nôtres. On échoue d’un rien et c’est un peu ce qui me contrarie. »

Laisser un Commentaire