Article

Sud-Ouest du 13/01/2020 : « L’UST en mode dynamique »

TYROSSE – NANTES Dans le sillage d’un paquet d’avants intenable, les Tyrossais ont eu raison de la résistance adverse. Les voilà en haut de tableau

US Tyrosse . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27

Nantes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20

Lieu Tyrosse (Stade de la Fougère). Spectateurs 1100 environ Arbitre M Puharré (Nouvelle Aquitaine)

Mi-temps 16 – 10

US TYROSSE 2 essais de pénalité (30e) et Aspiroz (79e) ; 5 pénalités de Baldy (2e,16e,21e, 48e), Ferré (74e)

L’équipe: Dubert, Villetorte, Descazaux, Sarthou, Villacampa, Baldy (o), Loustaunau (m), Lafitte, De Molder, Montois, Vervoort, Samson, Belestin, Brissot (cap), Hontebeyrie.

Sont entrés en jeu : Dominici, Aspiroz, Kahn, Lesbats, Dicharry, Ferré, Chasseur, Gonzales.

Carton Jaune Vervoort (5e)

Nantes 2 essais : pénalité (11), Kruger (70e) ; 1 transformation Bouillon (70e), 2 pénalités : Le Bourhis (35e, 44e)

L’équipe : Aubert, Jimenez, Roudil, Reveillére, Cochard, Belleteste (o), Le Bourhis (m), Taulanga, Burgaud, Barrais, Tsukhishvili, Souvent (cap), Kartvelishvili, Primaut, Plantier. Sont entrés en jeu : André, Foucault, Mortier, Suluka, Masima, Bouillon, Lemonnier, Kruger.

Cartons jaunes : Tsukhishvili (27e), Taulanga(30e), André (78e). Carton Rouge Burgaud (59e).

 

Tyrosse se méfiait à juste raison du Stade Nantais, porté par sa mêlée conquérante. Un secteur où les Vert et Rouge affichèrent encore d’emblée la couleur hier, en obtenant un essai de pénalité suite au carton inaugural de Vervoort (5e). Les visiteurs répondaient ainsi à l’entame prolifique des Rouge et Bleu grâce au pied de Baldy (3-7 à la 11e). Le ton était donné.

L’UST pour autant allait trouver la parade dans le dynamisme de ses avants. Soudé comme un seul homme, le pack Sudiste enclenchait la marche avant. Exécuteurs des hautes œuvres, l’ouvreur faisait le reste (9-7 à la 21e). Entre-temps, Loustaunau et Villetorte rataient le casse du siècle derrière un regroupement gagnant (18e), avant que Plantier et Roudil ne fassent passer le frisson dans les travées sur une récupération dans l’axe (23e).

Tyrosse se concentrait sur son travail de sape, contraignant les Bretons à la faute sur quasiment chaque avancée majeure. Deux cartons jaunes affaiblissaient déjà les lignes adverses, avec en prime un essai de pénalité maison en récompense d’une belle montée au créneau de Villacampa (16-7 à la 30e).

Les partenaires de Souvent, à l’image d’un relais Plantier/Burgaud, refaisaient surface par à-coups (pénalité de Le Bourhis et 16- 10 à la 35e). Avant la pause syndicale, les locaux se payaient le luxe de vendanger une pénaltouche à cinq mètres. Une opportunité qu’ils pourront regretter à la reprise, à force de se laisser emporter par leur volonté de trop bien faire et s’offrir en retour aux contres (16-13 à la 44e). L’UST, heureusement, sur faute en touche, équilibrait les échanges (19- 13 à la 48e). Nantes réactivait ses belles intentions mais bradait la finition. Dans un paquet n’affirmant plus la même autorité, Vervoort arrachait néanmoins un ballon capital, au creux de ses paluches de facteur surdimensionnées (53e).

Ressources insoupçonnées

À l’arrière, l’UST guettait la moindre ouverture, s’appuyait sur le renfort de Dubert pour tenter de forcer la digue. Elle n’était pas loin du jackpot, avec Villetorte, retourné sur le drapeau d’en-but (55e).Deux temps de jeu plus loin, un plaquage dangereux de Burgaud (carton rouge à la 59e) stoppait la progression Landaise.

Dans la foulée, Tyrosse essuyait un coup de mou, balbutiait ses gammes et donnait l’occasion aux hommes de Patte de revoir la lumière.

Avec l’essai de Kruger et la transformation de Bouillon (19-20 à la 70e), le destin de la Fougère s’assombrissait. L’UST allait pourtant encore retrouver des ressources insoupçonnées. Épatante de grinta, elle reprenait la conduite du jeu. Entré à l’ouverture, Ferré s’infiltrait joliment pour obtenir une pénalité qu’il transformait lui-même (22-20 à la 74e). Encore fallait-il tenir ce maigre butin.

Semisens faisait mieux, en obtenant cinq minutes plus tard l’essai de la délivrance (par Aspiroz) sur une séquence de martèlement hors normes de ses grognards, balayant leurs vis-à-vis au fil d’une sérénité collective rarement aussi clairement dédicacée. Et mine de rien, avec ce nouveau succès, voici l’UST à la cinquième place de la poule…

Jean-Marc Darribat

Laisser un Commentaire