Article

Tête à tête : Romain MAREUIL

Retrouver le terrain même sur le banc des entraîneurs, c’était primordial pour arriver à accepter le verdict des autorités médicales ?

Oui effectivement je fais partie des gens qui ont la chance d’avoir toujours eu le rugby dans leur vie, donc quand ça s’arrête c’est très dur… J’avais toujours affirmé que je pratiquerai le plus longtemps possible et bien ce ne sera pas le cas ! Cette solution d’entraîner m’a été proposée par Julien Laïrle et je prends énormément de plaisir, mais c’est vrai que je n’arrive pas encore à accepter le verdict.

Pourquoi avoir répondu à Tyrosse, ce n’était pas évident depuis Angoulême ?

Effectivement, c’était loin d’être évident au départ, mais avec ma famille nous avions prévu de revenir dans la région dès la fin de mon contrat. On a juste avancé le calendrier, mais c’est une situation et donc une occasion où il n’y a pas lieu de trop tergiverser.

La situation du club pas des plus favorables à ce moment-là n’a donc pas suscité d’appréhension ?

J’avoue que la première chose qui m’est venue à l’esprit, était que l’équipe n’était pas à sa place (surtout connaissant quelques joueurs), mais en fin de compte aucune appréhension, mais beaucoup d’envie d’avoir un objectif me permettant de passer à autre chose sans trop gamberger.

Et puis ce groupe possède énormément de qualités !

Comment as-tu été accueilli, et après quelques semaines quel état des lieux fais-tu de l’effectif ?

Je ne veux pas me répéter, mais cet effectif senior et même espoir a tout ce qu’il faut pour figurer parmi les meilleurs. Quant à l’accueil il a été vraiment super : difficile de rêver mieux entre Fred Garcia qui a fait un excellent travail et l’expérience de François et Stéphane m’ayant aidé à ne pas me disperser. Les joueurs n’ont pas été en reste, j’en connaissais certains bien sûr ça aide, surtout qu’ils avaient joué avec le « grandasse » (mon frère)

A l’image de nombreuses équipes il y a des « tauliers » à l’UST garants d’un état d’esprit : rassures-nous, ils sont sympas avec le petit jeune ?

Les « tauliers » à savoir les vieux ? Ils me font tourner en bourrique et me testent un peu mais heureusement je ne me sépare jamais de mon carnet d’observations…Non ça va bien mais il ne faut pas relâcher la pression sinon ils me boufferaient……dixit Kevin Kahn.

Chaque entraîneur possède ses convictions : mets-tu en œuvre des points tactiques et technique que tu pratiquais il n’y a pas si longtemps ?

Mes convictions restent fidèles à celles que j’avais étant joueur et j’espère qu’elles dureront le plus longtemps possible. Alors pourquoi ne pas mettre en pratique ce que j’ai connu  et qui s’avérait efficace ?

Bien sûr la technique est primordiale pour chaque joueur, et elle se travaille tout au long d’une carrière, mais sans un état d’esprit du groupe le rendement est bien moindre.

La victoire dans le derby a sans nul doute libéré les esprits et fait prendre conscience à l’équipe de ses capacités. Quels domaines reste-t-il à ton avis à améliorer ?

Ce match contre Dax est arrivé à point nommé, et il a permis aux joueurs ce qui n’était pas évident au départ de se libérer, de prendre conscience que la qualité était présente, et qu’en y croyant vraiment l’équipe pouvait révéler son potentiel.

Ensuite c’est une certitude il faut travailler des secteurs notamment la mêlée source de tant d’interprétations, mais il faut être capable d’adaptabilité et de même prendre l’avantage psychologique sur les adversaires.

A la Fougère on a connu ton frère aîné Adrien : c’est par esprit de contradiction que tu n’as pas évolué dans les lignes arrières comme lui ?

Il paraît que j’ai toujours été un trois-quarts « refoulé », mais en réalité il n’y a pas photo : il est grand et va vite (ou plutôt allait vite), et je suis plus petit et plus massif, donc le choix a été vite fait. Après je passe sur l’aspect caractère ou je pense avoir pris plus d’agressivité que lui, mais ne pas avoir pu jouer avec lui restera sans doute mon plus grand regret.

C’est la période des vœux : allez vas-y tu as carte blanche !

Sans tomber dans le banal et le convenu que Tyrosse continue de véhiculer ces valeurs qui se perdent, et que sur la lancée que nous fassions une superbe fin de saison avec tout ce que cela implique.

Mon choix n’en sera que plus validé.

Propos recueillis par Jean-Jacques LECOUONA

Laisser un Commentaire