Article

RÉSULTATS DES MATCHS FACE À FLEURANCE !

SYMPHONIES EN « COUAC » MAJEUR

ESPOIRS : TYROSSE 26 (2 essais) – FLEURANCE 27 (3 essais)

Les jeunes locaux ont donc perdu sur le plus petit écart leur invincibilité dans la compétition, faute de ne pas avoir amené au bout trois belles occasions d’essai, qui en ces instants auraient fait basculer définitivement le sort de la rencontre.
Au contraire, en permettant aux visiteurs de rester dans les clous et de toujours croire en leur bonne étoile, ils s’exposaient aux velléités de ces derniers fort réalistes quant à eux, et pouvant s’appuyer sur la botte précise et redoutable de leur demi d’ouverture.
Les dernières minutes voyaient un chassé-croisé des deux équipes, chacune reprenant tour à tour un avantage d’un point, avant la dernière pénalité gersoise à la trajectoire de feuille morte et venant mourir juste sur la barre transversale. Mais en passant trois fois la ligne d’essai les visiteurs n’avaient pas usurpé leur victoire.


FÉDÉRALE 1 : TYROSSE 28 (3 essais) – FLEURANCE 31 (4 essais)

Soupe à la grimace bien compréhensible chez les supporters passés par toute la palette des émotions après cet échec qui fait tout de même tâche sur la feuille de route d’une équipe qui aspire à la qualification.
Pourtant quoi rêver de mieux que le premier essai de Camborde au bout de cinq secondes sur le coup d’envoi complètement foiré par le réceptionneur visiteur pour le plus bonheur du puncheur tyrossais.

Présents sur les lignes de défenses, efficaces en touche notamment en contres, les « rouge et bleu »
parvenaient à gérer le déroulé de la partie, mais premier signe avant coureur du destin, l’action en fin de première période sous forme d’un carton jaune contre Brissot alors que le troisième essai local faisait plus que chauffer.
Et puis changement de physionomie à la reprise. En remplaçant sa charnière FLEURANCE se remettait dans le sens de la marche en utilisant plus la puissance de ses avants, mais c’est surtout l’infériorité numérique à l’heure de jeu qui allait coûter fort cher aux locaux, malmenés aux avant- postes et trop pénalisés pour souvent les mêmes raisons.
Résultat un essai encaissé sur mêlée enfoncée, puis un second dans la foulée du numéro 9 PARAT modèle du genre et FLEURANCE passait en tête au score.

Touchés mais pas coulés les locaux pensaient avoir fait le plus difficile en récompense d’une belle réaction et un essai entre les barres. Hélas il serait dit que les vieux démons auraient la vie dure, car en offrant une pénalité plus qu’évitable ,les Landais se remettaient la pression au sens propre comme au sens figuré avec l’estocade de filou du même PARAT synonyme de victoire gersoise avec il est à noter quatre essais dans l’escarcelle.
Compte tenu de certaines absences ce match était appréhendé : malheureusement les craintes n’étaient pas vaines, et voilà que se profile un voyage vers la plaine de Saint-Pée.

Jean-Jacques LECOUONA

Leave a Reply