Article

Un point qui change tout dans chaque rencontre

ESPOIRS : TYROSSE : 9 – BAGNERES : 8 (1 essai)

Courte mais importante victoire sur le plus petit écart, des jeunes tyrossais, toujours sous la menace des rebuffades bagnéraises malgré une domination territoriale prononcée.

Et sans un passage en touche  de l’ailier visiteur dans les arrêts de jeu la soupe à la grimace n’était pas loin.

Pour leur deuxième sortie en championnat les Espoirs ont confirmé la qualité de la mêlée avec comme papa poule Sainte-Croix ayant disputé  la totalité de la rencontre.

Derrière, beaucoup fut tenté, mais quelques  absences nuisent encore aux automatismes.

Quoiqu’il en soit voici un bien réjouissant début de championnat, qu’il va falloir maintenant faire fructifier pour  prétendre  postuler à l’une des trois premières places qualificatives, et ne pas attendre les affres du dernier jour dans l’attente du verdict.

FEDERALE 1 : TYROSSE 13 (2 essais) – TARBES 14 (1 essai)

En virant au repos avec un avantage de 13 à 3 et surtout deux essais à leur actif, les locaux récoltaient en réalité les fruits de leur bonne première période.

Présence dans les , défense efficace, conquête équilibrée et belle mêlée, autant d’ingrédients perturbant le monolithique paquet visiteur, et les prises de risques des feux follets  arrières.

Mais il y eut le deuxième acte malheureusement stérile côté Semisens, qui voyait son petit matelas d’avance se faire grignoter petit à petit.

La faute à une accumulation de fautes inappropriées à des moments cruciaux de la rencontre.

Ajoutons la malchance dans les tirs au but notamment avec une pénalité qui aurait pu être celle de la gagne à 4 minutes du terme, et voilà  comment le rêve s’écroulait dans un match  à portée des rouge et bleu ayant su élever leur niveau de jeu face à  une équipe à la structure pro et ambitions affichées.

Un dimanche de trêve, sera le bienvenu après ce premier bloc de quatre rencontres et un classement britannique négatif.

La reprise du côté de Baïgorry,  derrière la cave coopérative d’Irouléguy, est d’une importance qui n’échappe à personne, les Navarrais s’avérant des hôtes particulièrement coriaces sur leurs terres.

Jean-Jacques LECOUONA

Laisser un Commentaire