Article

Tête à tête avec François GELEZ

La très longue intersaison pour cause de Covid 19 a vu naître un nouvel échelon en Fédérale auquel Tyrosse n’a pu être convié. Déception ou motivation supplémentaire pour rejouer les premiers rôles chez les amateurs ?

C’est tout d’abord une déception, car je pense qu’on a toujours à gagner à affronter des équipes de niveau supérieur en plus de nous priver évidemment du match de l’année contre nos amis dacquois. Mais cependant à plus long terme, cela peut redonner une réelle dynamique au club pour viser ce troisième niveau national.

En parallèle il a fallu modifier l’encadrement technique et cela s’est fait relativement tôt, preuve d’une réflexion en amont, signe de cohésion. C’était le meilleur moyen pour se consacrer le plus vite possible au domaine sportif ?

Très honnêtement, nous ne nous attendions pas au départ de Romain MAREUIL. Mais on a effectivement décidé de réagir rapidement afin de pouvoir se projeter sans tarder sur la saison prochaine.Très vite le choix de Grégory MOULIS s’est dégagé car son profil d’ancien talonneur nous intéressait en plus des très bon retours sur la qualité de son travail à Hagetmau et Rion des Landes. Et puis il connaît Tyrosse pour y avoir joué, ce qui me semblait important.

A ce sujet le responsable du Centre labellisé et de la filière jeune doit apprécier que les Crabos gardent leur statut avec les meilleurs, ainsi que les Cadets conviés au brassage en Alamercery.

Je crois que nous pouvons être fiers à Tyrosse de garder ce vrai savoir faire au niveau de la formation des jeunes joueurs. Le parcours des Crabos l’an passé, a été à cet égard exemplaire, par l’attitude des joueurs ainsi que par le travail effectué par les éducateurs Lionel DUTILH et Pascal PINSOLLE.
Plus généralement, je veux souligner l’excellence du travail des éducateurs de notre école de rugby, car contrairement aux clubs pros qui nous entourent, nous parvenons à jouer au plus haut niveau national avec 95% de joueurs issus de notre formation.

Par contre au point de vue mutations, l’UST n’a pas défrayé la chronique avec un effectif très stable où les rares arrivées compensent les départs. Prudence financière oblige ou volonté de remettre en selle un groupe très frustré par la saison tronquée ?

Soulignons l’attitude exemplaire de nos joueurs qui très tôt ont tous rempilé pour cette année. Je veux le dire, car c’est la preuve de leur attachement au club et à ses valeurs. Aussi la stratégie s’est avérée assez limpide, puisque nous avions grandement renouvelé le groupe, il y a un an. Tour en pensant qu’il est loin d’avoir exprimé tout son potentiel. En s’appuyant sur la continuité, nous avons fait simplement quelques retouches. En imaginant aussi que certains Espoirs avec une année d’expérience supplémentaire, pourront l’intégrer.

Malgré des conditions contraignantes d’entraînement, les joueurs ont rapidement répondu présents et à la différence de certains clubs. Des matchs amicaux ont pu se jouer.
Au-delà de la petite mauvaise humeur de certains de nos «amis » plus au nord, quels enseignements le staff a t-il pu en tirer ?

Nous avons concocté un programme de matches amicaux assez dense, car après six mois d’inactivité, il était vital d’endosser rapidement le maillot. Chaque rencontre avait un objectif bien ciblé. Face à Dax, elle s’est révélée intéressante dans l’engagement et le combat. L’épisode retour contre Floirac a également donné satisfaction au point de vue du jeu vers lequel nous voulons tendre.
En fait, notre but était de voir le maximum de joueurs à l’œuvre pour mettre sur pied le groupe le plus étoffé possible dans ce projet senior qui englobe Fédérale1 et Espoirs.

Place donc maintenant à un nouveau départ dans une poule plus régionale avec des habitués mais aussi des promus. Et si, en réalité, elle était bien plus homogène que prévue lorsque l’on prend connaissance de certains recrutements ?

Je n’ai pas envie de spéculer sur les favoris de cette poule. Pensons en priorité à nous occuper de notre jeu et de nos qualités et d’essayer d’imposer le rugby dans lequel nous croyons. Cependant à la lumière du passé, il y a un favori évident : c’est Saint-Jean-de-Luz. Et pour le reste, à nous de bien démarrer la saison, c’est le plus important.

Même si elle est parfois injuste et sévère la « vox populi » redoute un parcours compliqué car à ses yeux, Tyrosse n’est plus craint comme à une époque pourtant bien récente.
Que lui répondre ?

L’avantage à Tyrosse, c’est que tout le monde connaît le rugby. Donc inutile de faire de la langue de bois. Les dernières saisons n’ayant pas été réussies, logiquement nous sommes moins craints et avons pleinement conscience de ce fait. D’où le travail de longue haleine qui nous attend afin de retrouver le respect de nos adversaires. Je peux simplement dire que les joueurs par leur travail et leur implication tout au long de l’été depuis la reprise le 22 Juin, se sont donnés les moyens de relever la tête cette saison et n’ont qu’une envie chevillée au corps : être dignes de la culture et l’histoire de l’UST.

L’objectif fixé est de figurer parmi les 4 premiers de la poule synonyme de qualification et de barrage à domicile.
A cet égard le début de championnat sera déterminant, avec une première réponse dès cette entame ?

Nous avons décidé de ne pas nous projeter plus loin que les trois premiers matchs, voire même les six premiers. Partant du fait qu’à mes yeux, l’équipe Espoirs notre réservoir, doit viser la même excellence que ses aînés. Nous avons donc un premier bloc de six matchs en septembre à négocier au mieux pour s’ouvrir les perspectives d’une saison excitante.
Je sais les joueurs, le staff, les dirigeants et les supporters frustrés à l’issue de tous ces mois sans rugby.
Raison supplémentaire de vivre pleinement cette saison er redonner du bonheur à tout le monde.

Questions et propos recueillis par Jean-Jacques LECOUONA

Laisser un Commentaire