Article

Sud-Ouest du 14/09/20 :  » Sur fond de tradition « 

TYROSSE – AUCH

Au fil d’une explication âpre de bout en bout, les Tyrossais ont eu bien du mal à se défaire des Gersois, fidèles à leurs vertus. Un avertissement sans frais en somme

 Tyrosse . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  . 21

Auch . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15

 Lieu Tyrosse (stade de la Fougère) Spectateurs 1300 environ Arbitre M.Alejo (Nouvelle Aquitaine) Mi-temps 15-3

 Tyrosse 2 essais Villacampa (24e), Brissot (39e), une transformation Baldy (39e)et 3 pénalités baldy (34e), Ferré (71e et 80e).

L’équipe : Barbe – Villetorte, Descazaux, E.Salles, Villacampa – (o) Baldy, (m) Loustaunau – De Molder, Lafitte, Montois – Vervoort, Kahn – Lafontan, Brissot (cap), Bélestin.

Sont entrés en jeu : Azpiroz, Dominici, A.Salles, Dicharry, Rama, Hourcade, Ferré, Gonzalez.

Carton jaune : Kahn 58e.

 

Auch 5 pénalités Briscadieu (20e, 42e) et Vignes (62e, 65e, 85e).

L’équipe : Vignes – Vanderkerkof, Lagardère, André, Huertas – (o) Couzier, (m) Briscadieu – Clauzade (cap), Thierry, Villeneuve – Lacroix, Soufflet – Halzuet, Bosque, Janlin.

Sont entrés en jeu : Paquier, Maris, Timani, Sarrade, Gassiot, Hueber, Riva, Cassagnebere.

Cartons jaunes : Thierry (16e), Villeneuve (36e), Soufflet (38e).

«Ce sera un poil à gratter cette saison », avait prédit François Gelez, en évoquant le retour du RC Auch. Les Gersois n’auront pas voulu le faire mentir, samedi. Changement  d’appellation ou pas, le rugby auscitain privilégie toujours ses fiers arguments. Gratteurs, plongeurs impénitents aussi parfois, les hommes du duo Menkarska/ Bosque, n’ont toujours pas leur pareil, pour perturber les abords des points chauds. L’UST, malgré les prédictions du coach en chef, l’avait-elle oublié ? Aiguillonné par la grosse caisse de ses supporters, le quinze en retour de pénitence lui aura singulièrement rafraîchi la mémoire.

Face à ce savoir-faire labellisé, Semisens, emprunté dans son habit de lumière, mit du temps à entrevoir l’ovale éclaircie. Hormis une double accélération initiale entre Enzo Salles et Villetorte, il faudra en fait patienter jusqu’à la 20e et une première réussite au pied de Briscadieu (0-3), pour sentir souffler un semblant de rébellion. Sur une touche en mode accéléré dans l’axe du terrain, De Molder et Salles manquaient de peu, de transformer l’inspiration en coup de poker gagnant. Sur la pénaltouche qui s’ensuivait, Villacampa lâché dans le côté fermé, visait le drapeau de coin (5-3, 24e). Un semblant de déclic peut être, puisque les partenaires de Brissot, tout en restant branchés sur courant alternatif, finiront plus fort le premier acte. Une pénalité de Baldy (8-3, 34e) et une heureuse conclusion du capitaine, sur plan groupé d’après pénaltouche (15- 3, 39e), masqueront momentanément bien des lacunes collectives.

À peine la reprise sifflée, Briscadieu se chargeait de réduire l’écart (15-6, 42e). Auch continuait de ratisser au sol et d’imposer son tempo au cœur de la mine, pour mieux faire déjouer. Trop souvent sur le reculoir, l’UST, hormis deux relais notables de Barbe et Lafitte, peinait à se tirer du guêpier. L’étau se resserrait encore à l’heure de jeu, après deux réussites lointaines de l’arrière Vignes (15-9, 62e ; 15-12, 65e). Privés de ballon et sanctionnés à qui mieux mieux, les Sudistes s’en remettent à quelques coups à la sauvette, à l’image de la vivace remontée de Balle de Villacampa, que ne saura faire fructifier Descazaux (70e).

 

Surplus d’âme créative

Les Landais retrouveront un surplus d’âme créative sur le final, après que Ferré ait apporté un soupçon d’oxygène (18-12, 71e). Dans la foulée, un autre mouvement, enfin bien ficelé, les ramenait dans l’arrière zone Gersoise, où Dicharry chipait un ballon, qui deux relais plus loin, se transformait en offrande pour l’ex Angloy (21-12, 79e). Sur le renvoi, les Auscitains mettaient toute leur pugnacité à arracher la pénalité leur assurant un bonus défensif (21-15, 85e). Une récompense nullement usurpée sur l’ensemble de leur œuvre en matière de conquête.

Victorieuse certes, mais trop souvent empêtrée, l’UST, elle, pourra méditer sur le retour d’opposition en pure version régionale, en s’activant à retrouver quelques automatismes collectifs, censés jalonner plus sereinement son plan de route.

Jean-Marc Darribat

 

Laisser un Commentaire