Article

SUD-OUEST : Jérémy Montois et l’UST veulent marquer leur territoire

Après deux déplacements, l’UST retrouve la Fougère ce samedi face à Nafarroa. Elle comptera sur son 3e ligne, qui veut briller avant de quitter le club en fin de saison

Il faudra donc encore repasser. « Peut et doit mieux faire, pour se hisser au niveau de ses ambitions » : ainsi aurait pu se définir l’appréciation globale figurant en bas de page du dernier exercice dominical de l’UST. À Anglet, les Landais visaient pourtant le bon coup, et ce n’est pas Jérémy Montois qui démentira.

« Heureusement qu’on ramène un point, car on aurait eu sacrément les boules de revenir à vide après avoir quand même eu le dessus en conquête », confie le 3e ligne. Des efforts pas vraiment récompensés, finalement, « pour n’avoir pas su utiliser les bons ballons et en gâchant souvent ce bénéfice sur des maladresses. On dira qu’on avait les mains moites… »

Une belle opportunité de perdue sans doute, tant les Angloys semblaient cette fois-ci à portée. « Je les ai trouvés un ton en dessous des saisons précédentes, mais on n’a pas su en profiter. On leur a donné tous les points », regrette le flanker, qui mettra jusqu’au prochain printemps tout son cœur à clore son cycle tyrossais en beauté.

Haut de tableau ?

Comme quelques autres, le citoyen de Charre, à mi-chemin entre Sauveterre et Mauléon, avait d’abord prévu de ne pas rechausser les crampons, mais la force du groupe a eu le don de repousser l’échéance. « On s’est mutuellement convaincu de finir sur une saison pleine. Moi, je poursuivrai, mais à Navarrenx, avec les copains de jeunesse. » Pour le papa d’Amaya (bientôt deux ans), ce sera forcément plus simple, d’autant plus que se concrétisera d’ici peu le projet de reprise de la ferme familiale.

Terminé donc, les deux fois 50 minutes de trajet pour venir s’entraîner, entre mauvais temps hivernal et affluence des beaux jours, « mais je n’aime pas louper un entraînement ». D’ici là, le 3e ligne passé par Mauléon, « club revendiquant le même esprit que Tyrosse, en moins carré sportivement et moins structuré toutefois », entend tirer Semisens vers le haut du pavé.

Le Béarnais de souche s’imagine bien terminer dans le quatuor de tête, directement qualificatif. « La poule est homogène, mais je nous vois bien dans le haut du tableau avec Saint-Jean, Auch et peut-être Fleurance ». Avant de faire les bilans, il faudra œuvrer pour assurer les bases de l’édifice et commencer par mater ce samedi, le deuxième promu.

« Finir en beauté »

« Nafarroa, on connaît, on sait qu’ils sont aussi battants que pénibles. J’ai d’ailleurs été surpris de les voir perdre contre Peyrehorade. C’est rare qu’ils lâchent des points à domicile. Contre eux, on sait déjà qu’on va avoir de la pression dans le jeu au sol ».

Un domaine qui n’effraie pas le trentenaire, encore affûté physiquement et taillé pour tous les travaux d’approche. « Passé les 30 ans, c’est certes plus risqué musculairement, mais après les manques de ces derniers mois, on a été bien préparés à la reprise. Les anciens, on a été un peu préservés, en reprenant avec contact plus tard que les jeunes ».

Des conditions idéales pour mener les plus anciens de la troupe à bon port, « histoire de finir en beauté, dans une ambiance festive à la Fougère. On va s’attacher à faire une belle saison et faire en sorte de s’arrêter en juin… Mais pas avant ». Parole de Béarnais et assurément bonne pioche, en matière de recrutement.

Jean-Marc Darribat

Leave a Reply