Article

Sud-Ouest du 30/11/2019 :  » L’Avent chargé de l’UST « 

TYROSSE – SAINT-JEAN-DE-LUZ En amorce d’un mois de décembre capital, qui déterminera ses ambitions pour la fin de saison, l’UST va devoir se remettre en mode commando pour mater le leader

Tyrosse . . . . . . . . . . . . 10e/17pts

St-Jean-de-Luz . . …… . 1er/34pts

Lieu Tyrosse (stade de La Fougère). Horaire Demain à 15h30. Arbitre M.Benoit.

US Tyrosse (le groupe): Dominici, Hontebeyrie, Brissot, Aspiroz, Bélestin, Lafontan, Gonzales, Kahn, Vervoort, Samson, Dicharry, De Molder, Castet, Lafitte, Montois, Loustaunau, Hourcade, Baldy, Benony, Descazaux, Decarnin, Barbe, Chasseur, Villetorte, Sarthou, Ferré.

Saint-Jean-de-Luz Miura – Mendiague, Daubas, Romain Arrieta, Etcheverrigaray – (o) Otazo, (m) Alliot – Cancillo, Xabi Elissalde, Sajous – Paillard, Elgoyhen (c) – Sentenac, Hiriart-Urruty, Tescher.

Remplaçants : Sanchez, Pénigaud, Goya, Dacosta, Juanicotena, Acebes, Behoteguy, Iturriria.

Même s’il y a hélas, bien plus dramatique, « Dame météo » ne se prive pas de perturber, ici comme ailleurs, les habitudes rubipèdes. Dans ce contexte de mousson automnale et Semisens n’étant pas Marcoussis, l’UST, dans un souci de sauvegarde, a dû se résoudre à abandonner cette semaine la presqu’île de « Furiani » (terrain annexe de la Fougère), désormais en mode sables mouvants, pour trouver refuge dans les rizières de Burry.

On caricature certes, mais c’est pour mieux planter le décor. « Hier soir (jeudi) ça allait à peu près. On a pu s’entraîner dans des conditions correctes, mais ce soir (vendredi), on choisira le lieu au dernier moment », précise François Gelez. En attendant le tapis synthétique promis, les rouge et bleu n’ont pas vraiment le choix. L’humidification générale ne les empêche pas pour autant de mettre du cœur à l’ouvrage pour se montrer à la hauteur du nouveau défi qui les attend demain avec la réception du leader luzien.

Dans l’attente de ce nouveau test, huit jours de récupération n’auront pas été de trop, dans la foulée du derby majeur et de l’escale mi-figue mi-raisin de Trélissac (28-27). « On est resté sur notre faim, assurément. Mais après avoir oublié de commencer le match, on a su se remettre à l’endroit pendant 50 minutes. À 25-0, on s’est enfin mis en colère, alors que l’ensemble aurait pu laisser couler l’affaire. On a aimé cette réaction d’orgueil, illustrant le caractère du groupe. »

« Reste à gagner en régularité pour réaliser une série positive. Ce que l’on a pas réussi à faire »

Comme on pouvait le craindre, la descente du « nuage dacquois » fut délicate à gérer. « La frustration de cette sortie ne remet pas pour autant en cause nos certitudes, tempère l’ancien demi d’ouverture, faisant allusion au match référence face aux voisins de la cité thermale. On a montré des choses dans tous les secteurs, reste à gagner en régularité, de manière à réaliser une série positive. Ce que l’on n’a pas encore réussi à faire ».

Un mauvais souvenir l’an dernier

La série en question pour tout dire, on la verrait bien éclore en ce mois de décembre, entre réception de Saint-Jean, tentative d’abordage à Bergerac et accueil de Rennes. « Cette quinzaine va définir notre avenir, conçoit le préparateur des arrières. Ou on s’arrache et on peut viser la qualification, ou on n’est pas dans le coup et on sait les difficultés qui nous attendent sur la fin de saison ».

Si elle ne veut pas davantage se projeter, l’UST a conscience que ce nouveau derby Basco-Landais déterminera la suite. « En retour de notre début de campagne chaotique, chaque match à domicile s’impose en priorité. On n’a plus le droit de laisser des points en route ». Après la fessée reçue l’an passé en ouverture (10-27), l’associé de Romain Mareuil, comme tous les héritiers à la Fougère, sait à quoi s’attendre. « Saint-Jean, en plus de pratiquer un rugby plaisant et efficace, a le don de s’adapter. À nous d’être intelligent. Quel que soit le temps, il y aura du rythme et ils vont tenter de nous imposer de longues séquences. Il nous faudra être courageux en défense ».

Bref, réaliser un Dax bis en somme, efficacité offensive en plus. Car n’en déplaise aux voisins et sans nulle fanfaronnade, l’ardoise aurait pu être plus amère encore !

Jean-Marc Darribat

L’OEIL DE : David Irazoqui

CO-ENTRAINEUR LUZIEN

« Contre Nantes (défaite 9-11, NDLR), il y avait sans doute un peu de fatigue, de lassitude. La petite coupure d’un weekend a fait du bien à tout le monde, on va pouvoir aligner des troupes fraîches. »

Laisser un Commentaire