Article

Sud-Ouest du 22/09: « La poussée de Barbe »

TYROSSE – TARBES

Titulaire pour la deuxième fois de rang dimanche dernier à la place du capitaine Dubert, Thomas Barbe (22 ans) s’affirme de match en match

Tyrosse . . . . . . . . . . . . . .5e/8 pts

Tarbes . . . . . . . . . . . . . . .3e/9 pts

Lieu Tyrosse (stade de la Fougère). Horaire Demain à 16h30. Arbitre M. Ludovic Sacarot.

Tyrosse Le groupe : Hontebeyrie, Belestin, Auzqui, Lagain, brissot, Azpiroz, Kahn, Fabre, Vervoort, Samson, Lemes-Vieira, Lafitte, Montois, Lesbats, Sainte-Croix, Dubert, Barbe, Hourcade, Dhuin, Descazeaux, Chasseur, Villetorte, Durquet, Sarthou.

Tarbes Le groupe : Vial, Camy, Haurie, Armary, Percival, Bonnecarrère, Capberbet, Masson, Ramon, Frisch, Vunisa, Brethous, Berbizier, Rubio, Paulet, Arbaud, Escur, Manso Moyano, Lacroix, Méron, Claverie, Loustaunau, Abat.

Chaque jour de match, quand il entre sur la pelouse de la Fougère, il se revoit, petit, ado, dans les tribunes, en train d’encourager les gars de Semisens. Aujourd’hui, c’est lui qui fait crier le public. Titulaire lors des deux dernières victoires tyrossaises (à Lavaur et dimanche dernier à domicile, contre Marmande), le demi de mêlée Thomas Barbe (22 ans), toujours pensionnaire du centre de formation du club, s’affirme de plus en plus. Et apprend, quotidiennement, aux côtés de son capitaine Paul Dubert. Son parcours rugbystique a commencé à Capbreton à l’âge de cinq ans. Né dans une famille de rugby, (ses deux grands-pères, son père et son oncle ont tâté le ballon ovale avant lui), il restera dans sa ville natale avant de rejoindre Tyrosse, avec son meilleur ami Anthony Lasserre (qui évolue à Langon cette saison) jusqu’à ses 15 ans. Puis, après un bref passage de deux ans par le Stade Montois, il a retrouvé l’UST depuis quatre ans désormais.

« Déjà content de jouer »

« Depuis que je vais voir Tyrosse jouer, j’ai eu envie d’évoluer avec l’équipe fanion. D’avoir commencé le dernier match, oui, ça m’a fait quelque chose », admet le demi de mêlée. « Ça me met un peu plus de pression, mais j’attends ça depuis tout petit. C’était un peu comme un rêve de gosse qui se réalise. »

Sa première titularisation de la saison, Thomas Barbe l’a signée à l’extérieur, lors de la victoire de l’UST à Lavaur, il y a deux semaines. « On s’était dit qu’il fallait faire un coup là-bas. Moi, je m’attendais à jouer, car je savais que Paul (Dubert, NDLR) serait absent. Je n’avais rien à perdre, c’était à l’extérieur, donc il fallait que je prenne un maximum de plaisir. Je me suis bien senti, j’ai joué tout le match », analyse le demi de mêlée, qui peut également évoluer à l’aile (comme lors de trois de ses cinq titularisations la saison dernière). De nouveau dans le groupe demain pour affronter Tarbes, un des ogres de la poule, Thomas Barbe devrait toutefois céder sa place de titulaire à son capitaine habituel, Paul Dubert. « On va alterner », explique le manager tyrossais Stéphane Cambos. « Pour l’instant, je suis déjà content de jouer, d’avoir plus de temps de jeu que la saison dernière », se satisfait l’apprenti Thomas Barbe. « Mais j’espère que mon rôle va évoluer ! », confie-t-il, tout en sachant que la passation de pouvoir sera difficile.

Passage de flambeau

« Passer après un grand monsieur du rugby tyrossais comme Paul Dubert, ce n’est pas évident. Mais c’est aussi une chance de pouvoir apprendre à ses côtés au quotidien. Il me conseille souvent, et j’essaie de m’appuyer sur son expérience pour démarrer ma petite carrière ».

Pour sa première titularisation de la saison à la Fougère face à Marmande, le jeune demi de mêlée a signé une prestation solide, alors qu’il a dû remplacer son capitaine au pied levé. « Je ne m’y attendais vraiment pas, je ne pensais pas débuter. Mais j’ai essayé de faire le meilleur match possible. Je n’avais pas le droit de décevoir ».

Match après match, Thomas Barbe commence à se faire sa place dans l’effectif tyrossais comme dans le cœur des supporteurs, qui l’approuvaient déjà dimanche dernier, dans les travées de la Fougère, après ses premières 47 minutes réussies à la maison. 47 minutes qui en appelleront indubitablement d’autres. À 22 ans, l’éternel petit frère veut devenir grand.

PATXI VRIGNON-ETXEZAHARRETA

montdemarsan@sudouest.fr

Laisser un Commentaire