Article

Sud-ouest du 16/12/2019 :  » Le plaisir en souffrant « 

TYROSSE – RENNES L’UST a souffert pour se débarrasser des Bretons mais signe un troisième succès et se replace en milieu de tableau

US Tyrosse . . . . . . . . . . . . . . .   18

Rennes . . . . . . . . . . . . . . . . . .   13

Lieu Tyrosse (stade de la Fougère). Spectateurs 1000 environ Arbitre M. Sacorro (Nouvelle Aquitaine)

Mi-temps 10 – 13

Tyrosse 2 essais de Descazaux (4e) et Villetorte (61e) ; 2 pénalités (1re, 52e) de Descazaux; 1 transformation (4e) de Descazaux.

L’équipe : Barbe, Villetorte, Descazaux, Decarnin, Sarthou, (o) Hourcade, (m) Loustaunau, De Molder, Dicharry, Montois, Kahn, Samson, Gonzales, Brissot (cap), Dominici.

Sont entrés en jeu : Belestin, Hontebeyrie, Aspiroz, Salles, Bories, Baldy, Dubert.

Carton jaune : Montois (78e)

Rennes 1 essai de Beraud (31e); 2 pénalités (10e, 23e) de Vletter; 1 transformation (31e) de Vletter

L’équipe: Brignognen, François.R, François. A, Magnan, Platon, (o) Vletter, (m) Menzel, Beraud (cap), Gonzalez, Wenger, Taelega, Guéroult, Lejalle, Paquet, Quemerais.

Sont entrés en jeu : Tuugala, Lepicault, Gauche, Caccia, Laboudigue, Dubois, Bardon, UlutuipaleleÏ.

Carton jaune : Platon (34e).

Le plus dur restait à faire, avait annoncé le capitaine Arnaud Brissot. Il ne croyait peut-être pas si bien dire et ses coéquipiers auront pu mesurer hier, l’âpreté de l’affaire, face à une athlétique formation rennaise, au demeurant joliment joueuse. On retiendra que Tyrosse a su signer une passe de trois succès consécutifs, soulignant une remobilisation collective digne d’éloges depuis la fin octobre.

Mais il aura fallu des trésors d’énergie pour sauver au bout du bout un pécule constitué de haute lutte, au double prix de la sueur et de la solidarité. De la 77e à la 88e, quand même, l’UST à quatorze, repoussant pénaltouches et mêlées, fit preuve d’une « gnare » et d’une vigilance accrue. Dans ce final sous tension, Rennes manqua peut-être de clairvoyance, mais vu d’ici, le blocus Rouge et Bleu n’en prit que plus de saveur.

Hourcade à la baguette

Si le jeu s’emballa d’emblée, au fil d’un départ canon des locaux (10-0 à la 4e), avec une pénalité et un essai transformé du seul Descazaux, après bonne fixation du pack dans l’axe, Rennes sut ramener acteurs et supporteurs du cru à la raison. En posant la main sur le ballon et en haussant le rythme, les Bretons refaisaient surface (10-3 à la 9e et 10-6 à la 23e). À l’affût de tous les bons coups, les arrières Tyrossais, bien alimentés par Hourcade, s’ouvraient des espaces, à l’image d’un subtil jeu en triangle Descazaux, Sarthou, Villetorte (16e).

En face, les partenaires de Béraud y allaient à leur tour de quelques relais bien appuyés. Dans le sillage d’une percée d’Alexis François, ils trouvaient même l’ouverture au grand large par leur capitaine (10-13 à la 31e). Un moment ballottés, les Rouge et Bleu retrouveront le cap, sans omettre de conjuguer de la vitesse dans leurs entreprises. Il manquait en fait peu de choses pour labelliser les intentions.

Un mental de résistant

À l’entame du second acte, les visiteurs affichaient encore leur allant, sans concrétiser, avant de subir pendant pratiquement 25 minutes (de la 50e à la 75e), un véritable retour de bâton illustré par le travail d’érosion d’un paquet Landais revitaminé. Hourcade et Sarthou les premiers traçaient la voie et incitaient les gros à s’y engouffrer.

Descazaux égalisait (13-13 à la 52e) pour magnifier ce temps de rébellion. Le huit de devant retrouvait un surplus d’âme pour donner maintenant la leçon et avançait désormais sous tous les fronts. En écho à l’embellie générale, Hourcade distillait une perle de diagonale au profit de Villetorte, chipant le ballon sur la tête de son vis-à-vis. Essai sur le drapeau de touche et tous les voyants viraient au vert (18-13 à la 61e).

Tyrosse ne lâchait plus sa proie, ratait certes une pénalité de totale oxygénation (70e), avant de sauver les meubles sur un rush de Gueroult, repris aux cinq mètres (74e) et de se recroqueviller sur sa ligne, boosté par son mental de résistant.

Jean Marc Darribat

CRÉDIT PHOTO : GÈS XAVIER

Laisser un Commentaire