Article

Sud-Ouest du 15/02/2020 : « Pour un vrai bol d’air »

TYROSSE – BASSIN D’ARCACHON Actuellement entre deux eaux, les Sudistes n’ont pas le droit de se louper face à des Girondins jouant aussi leur avenir

Tyrosse . . . . . . . . . . . . .    9e/35pts

Bassin d’Arcachon …….11e/29pts

Lieu Tyrosse. Horaire Dimanche à 15 h 30.

Tyrosse (le groupe) : Dominici, Hontebeyrie, Brissot, Aspiroz, Alvarez, Gonzales, Bélestin, Kahn, Vervoort, Samson, Dicharry, Lesbats, Montois, Lafitte, Loustaunau, Hourcade, Baldy, Decarnin, Descazaux, Sarthou, Konangué, Villacampa, Barbe, Dubert, Ferré.

À y regarder de plus près, le classement s’est certes inversé depuis octobre dernier (Bassin 12e et UST 11e), mais aucun des protagonistes de ce week-end n’est encore en mesure de dormir sur ses deux oreilles. C’est sans nul doute le prix à payer, dans une adversité ô combien équilibrée, au fil de laquelle la moindre boulette se paye cash, pour inverser illico la donne.

Au sommet de la hiérarchie, comme en queue de classement, tout peut encore basculer pour le meilleur ou pour le pire. Encore heureux que Bergerac ait lâché du lest. En deux coups à blanc, Semisens est brutalement descendu de son nuage, pour mieux mesurer la difficulté d’exister sur le long terme. Reste donc à refaire surface, face à des Girondins baroudeurs, habitués à faire front et à s’octroyer des accessits partout où ils passent. Sachant que pour eux aussi le temps presse, on peut se douter qu’ils ne manqueront pas de mental, demain.

Compter avec les autres

Avec encore sept oppositions, dont quatre réceptions (Arcachon, Niort, Trélissac et Bergerac) avant de boucler le cycle qualificatif, tout reste certes jouable. Mais pour un flatteur épilogue au soir du 19 avril, l’UST, n’en déplaise aux plus optimistes, devra aussi compter avec les autres. Dans le contexte actuel, on ne pourra échapper au calcul des probabilités. À commencer par ce weekend, au fil duquel, quelques résultats peuvent déjà peser lourd dans la balance. Un Nantes/Marmande, Anglet/Cognac ou un Rennes/Niort peuvent avoir des incidences directes sur l’avenir à court terme, dès ce dimanche soir.

Trois matchs capitaux

De toute façon, Semisens n’a pas vraiment le choix des armes. Ce sera victoire ou disette générale, avec la peur au ventre revenue. Les trois semaines d’impasse, auront- elles permis d’effacer les stigmates du syndrome charentais ? Rien ne sert de disserter sur la question, c’est du seul terrain, que viendra la réponse.

Tyrosse a connu d’autres avaries, avant de repartir du bon pied. Avec un bloc de trois matchs capitaux (Arcachon donc, puis escale à Marmande avant d’accueillir Niort), ce sera toujours est-il, le moment ou jamais, de se refaire violence. Pour tenter de garder la formation du Bassin à distance respectable, les rouge et bleu devront composer sans Thomas De Molder touché à l’épaule avec la sélection Belge le weekend dernier, sans Théo Lafontan (ischios) ni Jean-Baptiste Villetorte (victime d’un zona). En contrepartie, le quinze à la fougère enregistrera le retour d’Iban Hourcade, dans son rôle de chef d’attaque.

Le décor est planté, pour un défi qui influera forcément le dernier tiers de saison. En cas de succès, l’UST se libérera assurément l’esprit. Dans le cas contraire, elle en sera réduite à écoper, pour sauver l’essentiel. À elle de jouer pour déjà assurer durablement ses arrières et s’offrir un petit capital de sérénité.

Jean-Marc Darribat

Laisser un Commentaire