Article

Sud-Ouest du 11/11/2019 (suite) :  » Tyrosse éteint Dax … « 

ILS ONT DIT

Stéphane Cambos

MANAGER DE L’US TYROSSE

« Tout a bien fonctionné pour nous, c’est au-delà de nos espérances, parce qu’il n’y a pas eu photo. C’est une satisfaction et une fierté, parce que quand on est manager on prépare beaucoup les choses en amont. J’avais dit aux joueurs que c’était cette année que c’était particulier, parce que c’est la première fois qu’on se retrouve. On n’avait pas encore réussi de bons matchs à domicile, et à l’extérieur on avait fait de bonnes sorties sans toujours être payés. Il y avait un doute autour du club sur la capacité de ce groupe et ils ont donné la réponse aujourd’hui, c’est super et c’est forcément fondateur. Mardi il faudra retourner au boulot, mais une journée comme ça, ils vont s’en souvenir. On sait qu’il y aura un match retour, qu’on est toujours en milieu voire bas de tableau, mais des performances collectives comme ça font qu’on va pouvoir s’appuyer dessus. »

Thomas Curutchet

CENTRE DE L’US DAX

« On a fait le match à l’envers. Dès le coup d’envoi qu’on négocie mal et qui part en touche. Ensuite on fait trop de fautes sur l’ensemble du match et on est pris sur l’agressivité. Peut-être qu’ils avaient plus envie que nous mais une fois que tout va mal la situation devient compliquée à renverser. »

Jérémy Montois

TROISIÈME LIGNE DE TYROSSE

« J’en ai joué des derbys avant, contre Nafarroa par exemple (il a joué plusieurs saisons à Mauléon, NDLR), mais celui-ci est vraiment beau, tout le monde a répondu présent. On imaginait le match un peu plus serré, mais nous, on a été sérieux du début à la fin. On voulait les prendre à la gorge dès le début et ne pas lâcher, c’est ce qu’on a réussi et les a fait déjouer. »

Dax : « Un sentiment de honte »

La porte du vestiaire dacquois est longtemps restée fermée. Puis, quand elle s’est ouverte, elle a laissé passer des têtes basses et des visages fermés. Les joueurs de Frédéric Tauzin et Stéphane Barbéréna venaient de s’incliner lourdement face à Tyrosse (31-12) dans un derby attendu par les deux équipes et le public depuis 13 ans. Le scénario de l’époque, qui avait vu l’USD s’imposer à la Fougère dans le dernier quart d’heure ne s’est pas reproduit.

La faute à l’indiscipline, aux maladresses et à une attaque qui n’a jamais su trouver la brèche dans une défense tyrossaise bien en place. « L’essence de notre sport est basée sur des valeurs de combat et d’agressivité, et on les a oubliées aujourd’hui. Quand l’adversaire a l’occasion de marquer vingt points juste sur des pénalités, c’est qu’on n’était pas invités pour faire un match de rugby. Là, c’est un sentiment de honte qui m’anime », confiait Stéphane Barbéréna à la sortie du vestiaire.

« Nuls à tous les niveaux»

La dynamique dacquoise de trois victoires intéressantes face à Bergerac, Rennes et Nantes a donc pris fin au plus mauvais moment. Hier après-midi, on a plutôt eu l’impression de revoir ce que l’on avait aperçu à Anglet et Saint-Jean-de Luz, soit un rugby approximatif et une équipe trop timide, incapable de contenir l’agressivité adverse.

« Bien-sûr qu’on est retombés dans ces travers-là. On s’est peutêtre fait le match avant de venir et on a cru qu’on serait meilleurs qu’eux, alors qu’on a bien vu que non », analysait Olivier August.

Pour le jeune troisième ligne Arnaud Aletti, le constat à chaud est tout aussi dur : « On a été nuls à tous les niveaux. Mentalement, on est arrivés en se mettant en dessous d’eux et on a jamais réussi à relever la tête ».

Alors que l’on pensait que les rouge et blanc avaient enclenché la marche avant, les voilà donc retombés dans un cercle de remise en question et de pression à gérer avant la réception (dans quinze jours) de Cognac, l’une des deux équipes en forme en ce début de saison avec Saint-Jean de- Luz.

« Sur des gros matches comme ceux d’Anglet ou de Tyrosse, on a un vrai souci de jeunesse. Il va falloir se remettre au travail assez vite et repartir sur ce qui avait été bien fait jusqu’ici. Mais le rugby est un éternel recommencement… », concédait Barbéréna.

« Si on n’a pas envie là…»

Pour Olivier August, l’argument de la jeunesse du groupe dacquois ne peut cependant pas tout cacher : « On ne peut pas toujours dire que l’équipe est jeune, tranche l’emblématique troisième ligne. Aujourd’hui, le constat est qu’on manque d’agressivité et d’envie. Mais si on n’a pas envie de faire un résultat là, je ne sais pas où on aura envie et c’est ça qui fait peur. Il va falloir se bouger, et vite, parce que sinon la qualification s’annonce compliquée ».

La saison dernière, l’USD s’était qualifiée pour les phases finales en concédant cinq défaites au total. Cette saison, le compteur en affiche déjà quatre…

Julie L’Hostis

Le derby en images

 

 

Laisser un Commentaire