Article

Sud-Ouest du 11/01/2020 : « Le temps des promesses revenu »

TYROSSE – NANTES Avec cette réception, l’UST a l’opportunité de se dégager l’horizon, voire même de revenir dans la course à la qualification

Tyrosse. . . . . . . . . . . . . 8e / 31 pts

Nantes . . . . . . . . . . . .   4e / 35 pts

Lieu Tyrosse (Stade de La Fougère). Horaire Demain à 15  heures.

US Tyrosse (le groupe): Dominici, Hontebeyrie, Brissot, Aspiroz, Bélestin , Gonzalès, Vervoort, Kahn, Samson, Dicharry, Montois, Lafitte, De Molder, Lesbats, Loustaunau, Hourcade, Baldy, Villacampa, Chasseur, Decarnin, Descazaux, Villetorte, Sarthou, Barbe, Dubert, Ferré.

« Faut pas gâcher ! » La réplique du sorcier Guy Roux, longtemps « économiste footeux » de premier plan, ne saurait mieux s’adapter au contexte de cette reprise, sur fond de promesse toute ovale. En recevant les Nantais, l’UST devra éviter en premier lieu de froisser sa feuille de route en dilapidant le bénéfice d’avant trêve.

Avec trois succès d’affilée dans la foulée d’un derby superbement enjolivé, Semisens a retrouvé à temps sa boussole pour tutoyer à nouveau son cap de bonne espérance. Reste désormais à ne plus perdre la main à domicile, pour sauver déjà l’essentiel et pourquoi pas songer à une éventuelle qualification, un terme rayé du vocabulaire en octobre dernier.

Dans l’esprit du coprésident Christian Laclau, la toute positive option reste d’actualité. « C’était l’objectif de départ, même si notre peu probante entame nous engageait plus à parler de maintien, il faut bien l’avouer. En ce sens, le match de ce dimanche constituera un nouveau palier à franchir ». Une victoire dégagerait assurément les rouge et bleu de la pression malsaine du bas de tableau, où Bergerac semble s’être presque définitivement empêtré.

Au passage, on mesure ainsi plus facilement l’importance du succès ramené de Dordogne début décembre. Peut-être pas un exploit dans la forme, mais ô combien capital dans le fond. « À force de travail, la mayonnaise a fini par prendre.

La bonne intégration de chacun a permis de tirer l’ensemble vers le haut, avec en prime quelques opportunités offertes à nos jeunes. Maintenant, le tout ressemble à une équipe », revendique l’homme de base. Une sensation d’embellie manifeste qui n’empêche pas l’état-major de la Fougère d’appréhender cette première réception de l’an neuf. « Avec l’expérience, on a appris qu’il fallait se méfier des reprises. C’est souvent compliqué de se relancer ».

Nantes, c’est solide

Des craintes fondées, tant les Nantais semblent entretenir une image de densité physique difficile à prendre en défaut. « Peut-être même supérieur à Rennes, avec une mêlée plus compacte, reconnaît Christian Laclau, présent lors de l’escale bretonne, lors de laquelle les Sudistes « auraient pourtant pu ramener le bonus défensif malgré une entame douloureuse ». Suffisamment régénérée espérons-le, après une déconnexion totale de 15 jours avant le retour aux bases collectives vendredi dernier et quatre séances de décrassage cette semaine, l’UST devra puiser au fil de son enthousiasme retrouvé.

Côté feuille de match, si l’encadrement avait encore des doutes jeudi soir sur la présence de Dylan Dicharry (gastro), il se satisfaisait néanmoins du retour après suspension de Vervoort, à l’expérience rassurante, et de la remise sur pied de Ferré, apte au service après ses pépins musculaires. Pour les grands absents de ce début de saison, à noter la fin de pénitence d’Alvarez (suspendu après la réception de Cognac) et le retour aux affaires imminent de Castet, après blessures à répétition. Autant d’atouts supplémentaires, sans oublier quelques jeunes du cru (Lafontan en tête), qui ne seront pas de trop pour assurer la stabilité de l’édifice rouge et bleu d’ici fin avril. Voire plus si affinités !

Jean-Marc Darribat

 

 

 

Laisser un Commentaire