Article

Sud-Ouest du 07/09/2019: « L’UST en quête de réamorçage »

RENNES – TYROSSE Avec une ossature revue et corrigée, les Tyrossais lancent leur saison en terre inconnue. Un bon test pour juger de la réelle valeur de l’ensemble

Rennes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Tyrosse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Lieu Rennes. Horaire Aujourd’hui à 18 heures.

US Tyrosse Le groupe Hontebeyrie, Dominici, Aspiroz, Brissot, Alvarez, Bélestin, Gonzales, Dicharry, Kahn, Samson, Vervoot, Castet, Lafitte, De Molder, Lesbats, Dubert, Rama, Baldy, Hourcade, Descazaux, Barbe, Villetorte, Sarthou, Konangue.

Tout l’été durant, sur fond d’amateurisme pur et dur, l’US Tyrosse Rugby Côte Sud aura mis du cœur à défendre sa juste cause. Les joueurs de l’UST auront ainsi, outre l’absorption de leur classique menu de préparation physique, pris collectivement part aux foulées de la feria, fait front sous les sunlights du podium RFM, années 80 en écho, et répondu samedi dernier,  à l’appel de la mayade Socios.

Entre-temps, mais là, juste dans le cadre d’un stage de cohésion, on les aura même croisés en baroudeurs d’un soir, version commando septième compagnie, sac à dos et duvet sur l’échine. « Une mission nocturne chapeautée par les préparateurs physiques, défis et challenges à la clé, rapts et explosions de grenades à plâtre compris », en sourit encore Stéphane Cambos.

Lui de son côté n’aura pas davantage ménagé son temps. En coulisses en effet, on se sera activé à tracer les grandes lignes de ce que sera peut-être l’UST de demain (lire ci-dessous). Le but, allier l’expérience de quelques hommes de base avec un notable rajeunissement de l’effectif, sans omettre l’intégration de l’ambitieuse relève du creuset.

Une autre ère

« Respecter en somme, le projet dont je me suis porté garant l’an passé auprès des présidents », tranche le manager tyrossais. L’homme de terrain qu’il reste tient au passage à remercier l’encadrement hiérarchique pour son implication dans la phase estivale de recrutement. « Ce fut un gros travail d’équipe avec les dirigeants, car entre nos limites financières et une moindre aura sportive que par le passé, il aura fallu trouver d’autres arguments ».

Pour celui qui partagea le banc avec Frédéric Garcia (2013-2014), « cette phase de renouvellement nécessaire aurait même dû être enclenchée plus tôt, pour éviter la configuration de la saison dernière, mais on n’est pas loin d’avoir atteint tous nos objectifs ».

Avec une dizaine de nouveaux acteurs en culottes courtes, l’UST change indéniablement de tête pour envisager peut-être carrément une autre ère. « C’est un groupe plus jeune, avec certains éléments qui vont découvrir la Fédérale 1 ou d’autres, tels Thomas Demolder et Alexandre Loustaunau, en guise de plus-value de l’ensemble ».

Autant de changements majeurs qui conditionneront forcément le cycle 2019/2020, sur fond de cohésion et d’homogénéité de la troupe. « On part certes avec le handicap de manque de vécu en commun, mais on a choisi des garçons censés s’intégrer sur du long terme, pour bâtir dans le temps, avec les jeunes formés au club. En ce sens, certains Espoirs ont déjà passé un cap l’an passé ». Le nouveau collectif rouge et bleu devra pourtant apprendre vite, compte tenu de la configuration d’une poule toute exclusive, puisque n’engageant pas de promu.

La qualification dans le viseur

« On a une première partie de calendrier plutôt ardue, avec déjà deux déplacements chez des clubs (Rennes cet après-midi et Nantes, le week-end suivant) en fonctionnement pro. À l’arrivée pourtant, on se doit de viser la qualification. On a les moyens de se hisser au niveau, mais on a conscience qu’il nous faudra éviter de tomber d’emblée dans une spirale négative. Il reste forcément beaucoup de travail, mais les matchs amicaux, nous ont en partie rassurés ».

Tous les fans de l’enseigne à la fougère, en sont convaincus, Semisens a du pain sur la planche, pour retrouver un peu de son lustre, finalement pas si lointain. En première ligne de cette restructuration interne, Stéphane Cambos le sait mieux que quiconque. « J’avais qualifié la saison dernière de transition et on ne peut s’en prendre qu’à nous-mêmes, si on n’a pas su accrocher le bon wagon de la qualification. Cette nouvelle étape, doit faire coïncider construction et fidélisation de la relève maison ».

Jean-Marc Darribat

Laisser un Commentaire