Article

LE VISITEUR DU JOUR : DAX

  A l’image de la marionnette des Guignols du défunt J.CHIRAC, on pourrait pour détendre l’atmosphère qui entoure l’événement dire «P…….n, treize ans».

Et oui c’est le temps qui s’est écoulé depuis la dernière confrontation entre nos deux clubs, et depuis bien d’eau s’est écoulée dans l’Adour et plus modestement au ruisseau de la Souque.

C’était l’époque de la Pro D2, quand nos rouge et bleu irréprochables durent baisser cependant pavillon face à la prépondérance des réalités économiques, qui soit dit en pensant allaient continuer à faire de nouvelles et nombreuses victimes.

Alors même si ce n’est plus que le premier niveau amateur du rugby (doux euphémisme quand on parle en millions d’euros de budget), la notion de derby perdure.

Ce n’est pas une question de distance puisque Anglet n’est pas plus éloigné, mais une question d’ADN transmis par les générations successives.

Du plus loin que l’on s’en souvienne les confrontations entre les deux clubs donnèrent rarement dans le spectacle le plus échevelé à l’image au fil du temps d’un huitième de finale en 1960 à Aguilera joué sans Michou SABATHIE, d’un seizième à LOURDES  perdu  alors que les essais tyrossais ne valaient pas plus que les pénalités dacquoises, et d’un nouveau retour à Biarritz où dans le soir tombant le plus improbable drop tenté et réussi par Michel DUFFRANC suffisait au bonheur des sudistes.

Quid de l’édition actuelle ?

Après un départ en pointillé les troupes de l’inoxydable ARGEL (ils seront en réalité trois anciens  tyrossais en face) ont retrouvé un rythme de croisière plus conforme à leurs moyens et leurs ambitions.

Et c’est souvent le cas des mieux armés dans ce marathon que constitue le championnat de Fédérale 1.

En face au-delà de l’aspect psychologique l’UST sait qu’elle n’a plus le loisir  de laisser des points à domicile tant l’homogénéité de la poule engendre chaque semaine  au classement des situations

bien instables.

Une chose est sûre, l’engouement populaire sera au rendez-vous, et à l’image du titre du célèbre film « Que la fête soit belle ! »

Jean Jacques LECOUONA

Laisser un Commentaire