Article

Tête à Tête : Stéphane CAMBOS

Trois saisons de coupure avec la proximité  immédiate du terrain, et te voilà de  retour à la Fougère .Relever un nouveau challenge l’a donc emporté sur une appréhension compréhensible ? 

La seule appréhension que j’ai ressentie, c’est de remettre en cause tout ce que j’ai pu faire de différent et de très sympa  lors de ces 3 dernières années. J’ai vraiment profité de ma famille, de partir en vacances l’esprit libre,   de voir grandir ma fille et de faire beaucoup de sport juste pour me faire plaisir. J’ai fait 2 marathons, joué beaucoup au golf et je me suis même mis au saut d’obstacles en équitation. Je dis souvent à mes amis que ma femme ne voulait pas que j’arrête et bien elle ne voulait pas non plus que je reprenne du service …

En ce qui concerne le rugby, aucune  appréhension donc de retrouver la proximité immédiate du terrain, notamment parce qu’une partie de mon métier est de former des entraineurs de rugby. Je pense qu’il est primordial pour un Formateur de cadres d’être aussi en prise avec la réalité du terrain. Quelque soit ton expérience, ta qualification, ou encore ton charisme, ne pas être en situation d’entraînement  t’éloigne beaucoup trop des réalités de la fonction et des compétences nécessaires   . Plus concrètement, à la vitesse à laquelle évolue la société, les joueurs et le jeu,   tu deviens très vite « Has Been »  quand tu n’y es pas confronté très directement.

Pendant cette période de non responsabilité sportive, j’ai aussi suivi de près le championnat PRO D2 en tant que consultant technique à France Bleu Gascogne .C’était une super expérience qui m’a vraiment  enrichi dans mon approche d’entraineur ou manager avec les médias.

Le choix de me  réengager  par contre à l’UST, bien évidemment  n’était pas simple. Et ce pour différentes raisons : l’expérience dans tous les milieux professionnels montre  que les retours ne sont jamais très concluants, j’ai  œuvré (collectivement) lors des meilleurs moments des dix dernières années de l’UST, le virage que j’avais initié par rapport aux  besoins de renouvellement de l’effectif avaient abouti à mon départ  et enfin  parce que la spirale sportive constatée aujourd’hui est plutôt négative.

Donc effectivement c’est un challenge plutôt risqué, mais la confiance réciproque affichée avec  la direction du club m’ont conforté dans l’idée que je devais répondre favorablement  à la sollicitation du club.

C’est encore bien trop tôt pour une analyse fouillée,, mais dans quel état as-tu retrouvé l’UST ?

Chacun a pu constater le positionnement de l’équipe première dans la division de fédérale 1 au moins de par ses résultats. La qualification en tant que meilleur sixième puis l’élimination directe positionne l’équipe au-delà de la 15 ème de ce que j’appelais la deuxième division de la fédérale 1 soit  à la 26 ème place de la division actuelle. Lors de ma dernière expérience à l’UST, nous étions entre la 3ème et la 12ème place (3 fois demi-finalistes, 2 quarts de finale + 1 huitième).

Chacun pourra l’interpréter à sa manière mais c’est la réalité.

Lors de ma prise de fonction , j’ai effectivement effectué un diagnostic plus poussé auprès des joueurs , des dirigeants et des entraîneurs restés au club .Sans vouloir manquer de respect à personne, les éléments de constat marquants sont un désentraînement de l’effectif  sénior , une césure entre le groupe de l’équipe première et la catégorie Espoirs , un recrutement très restreint depuis 3 ans , une liaison de performance entre le centre d’entrainement labellisé FFR et l’équipe première à améliorer .

Dans les aspects positifs , une structuration de la filière jeune en entente  très intéressante avec une dynamique positive et des résultats dans chaque catégorie , un centre d’entraînement labellisé  FFR, une commission emploi-formation très active, un investissement fidèle des membres historiques  du staff médical , de celui des bénévoles autour de l’équipe  et enfin un projet très important structurel du Pôle Rugby financé notamment par les Collectivités .( Stade de la Fougère et Burry).

Au regard de ces éléments il s’agit pour moi de restructurer l’ensemble du projet d’entrainement du groupe Séniors en repartant de la culture club et de ses fondamentaux. Nous nous sommes entendus prioritairement avec la direction du club sur les bases d’un projet  qui met en avant les notions de Collectif, Formation et de Pérennité, liées à des valeurs d’engagement, de solidarité, de progrès et de plaisir.

C’est notre feuille de route.

Un encadrement senior qui en a surpris maintes par les noms qui le composent.C’était une idée générale de départ, ou bien d’heureuses circonstances ont joué leur rôle ?

Non,  les idées de départ sont celles citées plus haut.

Lors de ma première réflexion, bien évidemment j’ai pensé  immédiatement à François Gelez qui était déjà investi au sein du  Pôle Jeune et du Centre d’Entrainement du club. Mais je suis parti d’un cadre global que j’ai exposé à François et à tous ceux qui ont décidé de s’engager. La  recherche de compétences par secteurs de jeu  a abouti au staff actuel et j’en suis très heureux, même si nous savons tous très bien que le staff n’est qu’un élément parmi tant d’autres qui accompagne à la performance et aux résultats de l’équipe. J’ai d’ailleurs malheureusement pu lire dans la presse avant le match de St jean de Luz,  le qualificatif de prestigieux pour notre Staff, je savais que tôt ou tard nous aurions le boomerang …

Néanmoins,  Pérenniser un Staff Compétent est un des objectifs forts du projet et tant mieux si les circonstances nous ont aidés.

Départs, retraites, blessés de longue date, budget tel qu’il est, il a fallu recruter malin, notamment pour améliorer certains secteurs. Quel est ton sentiment sur ces sujets ?

Dans la douleur certes mais finalement nous n’avons eu que très peu de départs significatifs et nous travaillons pour récupérer des blessés de longue date afin de  les ramener à un bon niveau. Le recrutement a été fait sur les mêmes principes évoqués plus haut et nous nous sommes adaptés à notre budget,  ainsi qu’aux prétentions ou ambitions des joueurs actuels. Avec nos moyens, nous avions ciblé une priorité sur le 5 de devant avec l’arrivée d’un talonneur jeune, d’un pilier et d’un seconde ligne  très expérimentés. En ce sens l’objectif est atteint. Nous avons aussi des jeunes que nous voulons faire progresser.

Par contre l’arrêt annoncé très récemment  d’un des cadres de la  troisième ligne nous mettra très certainement en difficulté dans la saison.

Nous sommes toujours à la recherche d’un trois quart polyvalent supplémentaire pour renforcer notre ligne, plutôt avec un profil puissant.

Déjà le troisième match dans ce si important premier bloc de quatre  bien périlleux quoique  la saison soit longue. En ajoutant de nombreux derbys et courts déplacements les résultats à l’extérieur (trop irréguliers l’an passé) risquent  d’être la clé  des objectifs souhaités?

Au regard de tout ce qui a été dit, nous savons que cette saison sera sans doute une saison de transition. Nos objectifs sont plus des objectifs de performance que de résultats même si in fine, c’est de retrouver le haut de tableau du haut niveau  amateur. J’ai aussi le sentiment que l’équipe a perdu un petit peu confiance et cela s’est vu contre st jean de luz.

Nous avons très mal démarré à la fougère, nous préparerons et jouerons tous les matchs pour les gagner, mais c’est vrai que le comportement d’une équipe à l’extérieur fait souvent la différence dans son classement. Le club est habitué aux phases finales, c’est ce que nous essaierons d’aller chercher en termes de résultats.

Avec la refonte des catégories d’âge,  la catégore Espoirs porte bien son nom.

TYROSSE va-t-il encore  puiser dans sa formation pour intégrer ses jeunes  dans meilleur niveau auquel ils peuvent prétendre ?

Oui bien sûr, je rappelle que les 3 axes opérationnels forts du projet c’est de se repositionner en haut du  plus haut niveau amateur, de pérenniser un staff au service d’une culture de jeu club et enfin de former nos joueurs et éducateurs  de demain.

Nous savons que la marche est très haute entre nos  finalistes Balandrade  de cette année et le niveau de fédérale 1 mais nous avons aussi des jeunes à potentiel qui sortent du centre d’entrainement depuis 1 ou 2 ans  que nous allons  bien encadrer pour les amener progressivement à ce niveau.

Former nos joueurs de demain est au cœur du projet du club , nous devons renforcer le lien entre les différentes structures à savoir ,  l’école de rugby ,  le  pôle jeune , le  centre d’entrainement labellisé FFR ,  le dispositif Sénior (Espoirs et Fédérale 1 ) et enfin l’association des Anciens « Les Esquiros ».

Leave a Reply