Article

SUD-OUEST : Tyrosse doit passer la vitesse supérieure

Après un début de saison mitigé, l’UST, un brin inconstante, devra élever son niveau de jeu pour rivaliser avec Mauléon, désormais adepte des premiers rôles

L’UST ne s’en est jamais cachée : elle vise le haut de tableau, du moins le quatuor de tête ouvrant sur les huitièmes de finale en évitant l’épisode des barrages (pour les 5e et 6e), dont les vainqueurs compléteront les heureux futurs protagonistes de Nationale 2. Pas question, au printemps prochain, de rater la marche d’accession à la nouvelle formule, dans laquelle l’enseigne rouge et bleu peut légitimement estimer avoir un rôle à jouer.

Jusqu’ici pourtant, malgré un honnête parcours, les joueurs à la fougère tardent à convaincre leurs partisans. La faute notamment à un accroc majeur à domicile face à Fleurance, qui aura eu le don toutefois de générer un déclic d’amour-propre. « C’est toujours une contre-performance de perdre à la maison, admet le manager François Gelez. Mais ce mauvais résultat aura au moins généré une remise en question collective et démontré dans la foulée la force de caractère de l’ensemble ».

Piqué au vif, le groupe s’est ainsi imposé à Oloron, avant de prendre le dessus sur Lombez, histoire de profiter au mieux d’un week-end de repos. « Après ce bloc de quatre matchs, on avait vraiment besoin de souffler, d’autant plus compte tenu des efforts consentis en termes d’entraînement, car il ne faut pas oublier qu’on est toujours dans la digestion de la dernière non-saison. Il faut encore y aller avec des pincettes ».

Gelez positive

De l’ultime succès sur les Gersois, le préparateur sudiste ne veut retenir que le meilleur du moment. « Même si j’ai conscience que ce n’était pas le match du siècle, l’essentiel reste de s’être remis dans une dynamique de victoires. On peut certes regretter d’avoir raté le bonus offensif sur la dernière action, mais je préfère voir positivement les choses ».

Les locaux avaient pourtant eu plusieurs opportunités de gonfler leur capital avant l’ultime chevauchée initiée par Loustaunau. Peut-être un zeste de clairvoyance a-t-il fait défaut aux partenaires de Brissot, à l’approche de la ligne. Un état de fait que l’associé de Grégory Moulis explique par un manque de fraîcheur et de lucidité dans les temps forts. « Il y avait sans doute un peu de fatigue. On avait mis les bouchées doubles lors des entraînements. On est capable de mieux faire, mais on a déjà amélioré des secteurs sur lesquels on a travaillé. Reste encore à donner de la vitesse, c’est ce qui nous fait cruellement défaut en ce moment ».

De la vitesse justement, il en faudra pour tenter de déstabiliser Mauléon sur ses terres. Une formation qui n’en finit pas de monter en puissance. « C’est une équipe que j’aime voir jouer, avoue l’ancien demi d’ouverture, avec un triangle de fond de terrain qui n’hésite pas à contre attaquer et à mettre du rythme. Le danger, c’est de leur laisser trop le ballon, alors il faudra éviter de s’en débarrasser trop vite ». Une donnée à ne pas négliger pour tenter de relever le premier défi d’une fin d’année particulièrement relevée (Mauléon, Lannemezan, Auch, Saint-Jean et Peyrehorade), « après laquelle on saura ce que l’on peut espérer ».

Le match : Mauléon (4e/21pts) – Tyrosse (5e/19pts), ce dimanche 15h15 à Mauléon (stade Marius Rodrigo).

Leave a Reply