Article

Sud-Ouest du 28/09/2020 : « Quand l’UST joue juste »

Tyrosse : ………29

Bagnères : …… 15

Lieu Tyrosse (stade de la Fougère) – Spectateurs : 1300 –  Arbitre : M.Frayssinet (Nouvelle-Aquitaine)

Mi-temps 17-5

Tyrosse : 5 essais  Villetorte (1ère, 30e), Barbe (23e), Brissot (59e), Girardeau (69e) ; 2 transformations Hourcade (30e, 59e)

L’équipe: Barbe – Villetorte, Descazaux, E.Salles, Villacampa – (o) Hourcade, (m) Loustaunau (cap) – Dicharry, De Molder, Montois – Vervoort, Kahn – Lafontan, Azpiroz, Dominici.

Sont entrés en jeu: Brissot, Discazaux, A.Salles, Lafitte, Chasseur, Baldy, Girardeau, Gonzalez.

Carton jaune: Vervoort (35e), Discazaux (78e) :

Bagnères : 2 essais Matier (8e), Duhar (83e) ; 1 pénalité (43e) et 1 transformation (83e) Matier

L’équipe : Dulucq – Moro, Pucheu-Plante, Cabannes, Matier – (o) Dubarry, (m) Cayrolle – Malaret, Gayri, Capberdet – Dupont, Colombo – Lisbabi, Pujo (cap), Acosta.

Sont entrés en jeu : Duhar, Jooste, Bonan, Ferras, Geledan, Saubie, Danos, Rokva.

Carton jaune : Dulucq (23e), Colombo (59e)

 Rarement aussi bien partie ces dernières saisons, l’UST se devait de confirmer, pour instaurer enfin un réel courant de sérénité. C’est chose faite et cette fois-ci avec la manière, s’il vous plaît !

Les choses débutèrent on ne peut mieux, avec déjà un déboulé victorieux de Villetorte, lâché dans son couloir favori, sur un tour de passe-passe entre Hourcade et Barbe (5-0 à la 1ère). Entrée en matière lumineuse et pleine de promesses, même pour les fans ayant appris à se méfier des retours de bâton, après ouverture en fanfare. Comme pour mieux inciter à la prudence, Bagnères enclenchait illico la marche avant sur un rush de Lisbani, déséquilibrant la défense au bonheur de Matier, bien servi par Cabanne (5-5 à la 8e) sur l’espace extérieur (5-5 à la 8e). Semisens y allait encore de quelques relais bien appuyés par Montois et De Molder (11e), mais avaient parfois tendance, à aller plus vite que la musique. Les intentions, toujours est-il, se voulaient plaisantes. Pas maladroits non plus, les visiteurs soutenaient la comparaison, en décochant quelques flèches par leurs ailiers Moro et Matier. Les partenaires de Loustaunau, capitaine avisé du jour, semblaient toutefois avoir plus de répartie offensive. Ils échouaient d’abord à cinq mètres, sur une initiative de leur demi de mêlée justement (17e), avant de conjuguer à nouveau sur un bon tempo, pour une seconde réalisation.

Travail technique du pack

Villetorte redressait le jeu, pour le faire rebondir sur l’aile opposée où Villacampa détournait l’offrande dans les mains de Barbe (10-5 à la 23e). Concentrés, sauf peut-être en touche, les rouge et bleu déployaient encore leurs ambitions, sur pénalité rapidement jouée à la main par Montois. Barbe pointait le bout de son nez à point nommé, pour envoyer Villetorte dérouler son enthousiaste foulée (17-5 à la 30e).

Avec une mêlée semblant prendre l’ascendant, les Sudistes servaient encore, à l’image d’une percée de Descazaux (39e), sur un renversement de Barbe et une fluide alternance de Hourcade, des relais collectifs de belle tenue. Au retour des vestiaires, les Pyrénéens se remettaient dans le sens de la marche durant une dizaine de minutes. D’abord récompensés par une pénalité de leur ailier buteur (17-8 à la 43e), ils rataient l’opportunité de refaire pleinement surface, sur un coup pourtant joliment ficelé, entre Cayrolle, Dubarry et Pucheu-Plante.

Le dernier servi tutoyait de trop près, la ligne de touche (47e). Sans nul doute, le tournant majeur du match, car à partir de là, les locaux n’allaient laisser qu’un minimum d’initiatives aux hommes de Bigorre. Sur pénaltouche favorable à Kahn, Brissot concrétisait le travail technique du pack (24-8 à la 59e). Le juste prix de la débauche d’énergie, en somme.

Le talonneur s’illustrait encore, sur un relais plein gaz avec les compères Dominici et Alexandre Salles, avant que Girardeau ne plonge avec gourmandise sur un caviar au pied de Baldy (29-8 à la 69e). Le baroud d’honneur des visiteurs  récompensé d’un essai de Duhar, durant les arrêts de jeu, s’il permettait de limiter la casse, n’enlèvera rien au mérite des troupes du tandem Gelez/Moulis, qui surent hier conjuguer justement comme aux meilleurs jours, efficacité de la conquête et bon tempo offensif.En rugby, finalement, peut-être que les années ne se suivent pas forcément !

Jean-Marc Darribat

Laisser un Commentaire