Article

LE VISITEUR DU JOUR : ANGLET OLYMPIQUE

Comme quoi, en rugby, il ne faut jurer de rien et que ce satané ballon ovale peut réserver de rebond bien capricieux.
L’exemple Angloy en est la parfaite illustration, eux qui au printemps dernier n’avaient pu accrocher le wagon de la Nationale 2 au profit du Bassin d’Arcachon, et qui cette saison ont complètement inversé la tendance avec un excellent début de championnat comme l’illustrent la bonne réplique à Niort, le succès bonifié synonyme de revanche en terre girondine, et la probante victoire face à des Périgourdins renversés par l’enthousiasme basque.

Alors rien d’anormal que dans un coin de leur tête et plus encore dans celle des anciens de la maison « rouge et bleu », les visiteurs en pleine confiance aient coché le plus court déplacement avec l’objectif d’une passe de trois qui les placerait idéalement au classement de la poule.

Comme à chaque intersaison, l’AORC a su recruter avec parcimonie des joueurs compensant les départs et arrêts, et le nouvel exercice ne déroge pas à la règle, avec les arrivées d’ANDRÉ, BRESOLIN, CURUTCHET, DELBLANCU, HOLLET (la Dax connection), JULY, LABADIE parmi les plus marquantes.

Résultat une formation très bien équilibrée avec des éléments d’expérience et de redoutables réalisateurs à l’instar du prolifique centre TSOULADZE .

En face , les locaux aimeraient bien retrouver un peu de sérénité suite à la dernière déconvenue sur leur terrain, s’ajoutant à l’exceptionnelle malchance frappant l’effectif depuis la reprise, notamment au niveau des lignes arrières.

Aussi, l’encadrement va devoir encore puiser dans le vivier de qualité des Espoirs pour mettre sur pied le quinze, dont la mission sera de conjurer le mauvais sort actuel, en s’appuyant sur le positif de la deuxième mi-temps de PÉRIGUEUX et du premier acte contre les Auscitains, durant lesquels nos représentants ont fait plus que jeu égal avec des favoris de la poule.

Réponse dimanche après-midi à l’issue d’une confrontation, qui à l’image de ses devancières devrait tenir ses promesses.

Jean-Jacques LECOUONA

Leave a Reply