Article

Le carnet de notes de fin d’année !

Et oui déjà la phase retour et la situation de l’UST rend dubitatif. Que de points perdus à domicile ! Les absences ponctuelles de certains joueurs n’expliquent pas tout ?

Rien à voir avec les absences, nous avons certes un groupe restreint en nombre mais très  homogène en terme de niveau. Je comprends néanmoins que nos résultats puissent questionner.

L’équipe a  réussi de superbes performances à l’extérieur notamment avec les victoires à LAVAUR (Champion de France 2018) et à Oloron, ce qui n’est jamais simple comme tout le monde sait. En même temps, nous nous sommes montrés très fébriles pour tuer les matchs à domicile au cours desquels l’équipe avait fait ce qu’il fallait pendant 60 mn de jeu.

D’un point de vue sportif, je dirais qu’avec 15 points ratés au pied contre Tarbes dont la dernière à la 83ème mn 18m face aux poteaux nous méritions vraiment la victoire. Contre Lannemezan, avec 14 points d’avance à 12 mn de la fin, nous aurions dû facilement maîtriser la fin de match. Enfin contre Anglet, nous avons le sentiment qu’avec le match produit et notre domination dans beaucoup de secteurs de jeu, nous n’avons pas été payés de nos efforts. Alors que les Angloys ont bénéficié de beaucoup de réussite.

Le match d’ouverture contre St jean de Luz est venu trop tôt dans notre calendrier, l’équipe n’était pas prête face à une formation rôdée depuis 3 saisons.

Donc au total sur 9 matchs, nous comptions 5 victoires, 2 nuls et deux défaites d’un point. Qu’en penser ?

Comptablement cela équivaut donc à 7 points perdus à la fougère, auxquels on peut rajouter les 3 points à Nafarroa qui nous tendaient les bras, ce qui fait que nous devrions occuper tranquillement à la trève, la 3ème place de la poule.

Aujourd’hui nous sommes 5ème avec un calendrier à venir difficile, nous verrons donc en 2019 si progressons mentalement. Nous pensons avec le staff qu’il s’agit pour l’équipe de développer sa confiance. Les joueurs perçoivent une attente forte de la part de l’environnement externe et pour certains cela génère plus du stress, de l’anxiété que de la motivation positive.

Nous avons aussi changé de leader de jeu au poste de 10 avec un jeune demi d’ouverture très talentueux, mais qui n’a fait que très peu de matchs à ce poste la saison dernière. Flo Argel n’ayant pas laissé beaucoup de place pendant 8 ans (je suis bien placé pour le dire …).C’est très certainement un facteur important dans nos hésitations lorsque le scénario de match se tend.

La vérité c’est que nos joueurs expérimentés font beaucoup d’efforts pour se maintenir ou revenir à un bon niveau et que nous faisons confiance à de jeunes joueurs qui sont en train de s’installer, avec les défauts de leurs qualités.

Au vu de ces éléments, notre classement peut sembler soit très frustrant, avec beaucoup de regrets, soit somme toute très logique en se disant que nous sommes probablement à notre place du moment de ce groupe.

Je répète à qui veut bien l’entendre, l’équipe a fini 6ième de sa poule la saison dernière. En rajoutant les 2 équipes de la poule Elite de la nouvelle formule de cette année, cela équivaudrait à une 8ème place.

Paradoxalement à l’exception du « couac majuscule de Baïgorry » les prestations à l’extérieur sont positives avec un sentiment de solidarité. Sainte trouille qui motive, ou approche stratégique différente ?

J’ai développé quelques indicateurs sur des possibles causes de l’inconstance de nos productions à la fougère dans ma réponse précédente.

Je pense sincèrement qu’il est important de développer un environnement plus favorable, autour des joueurs et de l’équipe. J’entends parfois des choses très dures à l’égard des acteurs  au bord du terrain.

Ne pensez pas que nos joueurs ne sont pas motivés à la fougère, ils ont par contre besoin d’un surplus de soutien, d’accompagnement positif autour d’eux pour générer une confiance sans failles.

Néanmoins, c’est vrai que les joueurs se sont plus « lâchés » à l’extérieur, se sont engagés plus significativement dans les prises d’initiatives nécessaires pour renverser un adversaire. Les stratégies ont été globalement aussi mieux respectées à l’extérieur.

Les 2 facteurs sont très certainement liés.

Et puis nous aussi, la réussite du buteur nous a aidé pour faire basculer certains matchs du bon côté.

En ce qui concerne le couac évoqué, les résultats de l’équipe de Nafarroa montrent qu’ils vendent très chèrement leur peau et que finalement d’autres se sont cassés les dents  au pays basque. Cela n’enlève en rien nos regrets sur ce match, tant nous avions dominé la partie, et que notre manque évident d’efficacité nous avait coûté le match.

Même si  j’étais très en colère après l’arbitre biterrois qui avait plus arbitré un contexte qu’un match de rugby.

Pour ne rien arranger le calendrier qui se présente est loin d’être favorable notamment avec des déplacements chez des concurrents directs aux places qualificatives. Est-ce inquiétant ?

C’est surtout que la première partie devait nous être plus favorable parce que nous avions 6 réceptions, et que nous n’en n’aurons que 5 en 2019 avec en cadeau la réception de l’ogre Albigeois lors de la dernière journée. Cette situation a l’avantage d’être très claire et somme toute assez simple. Le meilleur moyen d’atteindre l’objectif de qualification c’est très mathématiquement, de battre tous nos adversaires qui sont derrière nous au classement actuellement.

A commencer surtout par l’équipe de Lavaur début janvier à la fougère. Du coup en étudiant bien le classement et le calendrier, nous devrons continuer à être performant à l’extérieur ou alors battre Albi …

A notre crédit, l’équipe a montré à chaque sortie un certain niveau d’engagement, elle n’a jamais lâché un match comme d’autres ont pu le faire à l’extérieur. Preuve en est, notre dernière sortie chez nos amis de  St jean de Luz qui s’en sortent très bien sur le match vue notre domination pendant 50 minutes. L’équipe a les capacités pour répondre à cette situation, nous savons aussi par expérience que les mois de janvier et février sont cruciaux et que beaucoup d’équipes auront des baisses de régime avec les conditions météo. Là encore la force mentale fera très certainement la différence.

Dans chaque supporter sommeille un entraîneur et on entend pêle-mêle le long de la main courante : «  on est trop friable au ras des rucks,  énormes lacunes parfois en défense, toujours de la fébrilité sous les renvois, que de pénalités accumulées, et même il semble manquer d’un patron écouté par moment ». Qu’en penser ?

Il y a toujours une part de vérité même dans les mauvaises analyses. En l’occurrence cette analyse me paraît plutôt juste. La défense est un objectif prioritaire pour le staff, nous encaissons trop de points c’est sûr, et les secteurs cités le long de la main courante sont effectivement en souffrance.

Il y a beaucoup de connaisseurs de rugby à la Fougère, de bons analystes. Entraîner c’est autre chose, il faut partir d’une bonne analyse pour ensuite créer les conditions pour que les joueurs et l’équipe progressent collectivement afin de produire des résultats.

C’est ce dont nous avons besoin, de faire progresser le collectif. Je peux vous assurer que le staff s’y emploie, c’est notre priorité.

En ce qui concerne le leadership, j’ai un avis plus nuancé, le français a toujours tendance à dire qu’il n’y a pas de patron dans l’équipe lorsque tu ne gagnes pas. Or cette notion s’exprime sous différentes formes, il y a celui ou ceux qui portent la responsabilité des choix collectifs, mais aussi ceux qui trouvent des solutions ou encore ceux qui donnent confiance. Parfois il s’agit d’une seule personne mais c’est très rare.

Je pense que tous les joueurs doivent développer cette compétence de leader et la mettre au service de l’équipe. Nous cherchons à responsabiliser tous les joueurs, chacun s’exprimera différemment mais c’est collectivement que nous ferons la différence.

Le patron ? C’est le jeu, donc ceux qui le maîtrisent …

Suite à une entame satisfaisante, les Espoirs  eux aussi coincent dans la dernière ligne droite. Là aussi le syndrome de la Fougère frappe-t-il  ou bien l’équipe issue en majorité des Balandrade est-elle encore trop inexpérimentée ?

C’est effectivement une équipe très jeune qui est en construction. Le groupe fonctionne très bien, avec une excellente cohésion sous la houlette de Romain et David. N’oublions pas que l‘objectif de cette catégorie est de former les joueurs de demain. Les garçons font beaucoup d’efforts et se montrent assidus, c’est une première nécessité.

Ensuite, c’est vrai que depuis les « balandrade » la marche est haute pour aller vers la fédérale 1, mais nous nous efforçons de les confronter le plus souvent au meilleur niveau. C’est pourquoi j’ai demandé au staff de multiplier les entraînements en commun avec les équipiers premiers. Cela sera bénéfique pour tout le monde et va faire grandir très vite nos jeunes joueurs.

Avec Fred et François, vous avez défini des lignes bien précises et des objectifs pour la saison tout en restant dans un cadre budgétaire donné. La non qualification aurait donc un goût bien amer en terme de résultats, mais nous n’en sommes pas encore là espérons le !

Propos recueilli par Jean Jacques LECOUONA

2 Réponses

  1. LE COLLONIER

    Ce  » carnet de notes » est très intéressant ! Par contre…en ce qui concerne l’environnement extérieur…je suis assez septique sur les analyses..
    Le Staff …le Président , les dirigeants… doivent savoir protéger les joueurs de cet environnement parfois  » nocif ».Pour cela pas il n’y a pas cinquante solutions à mon avis Seul le terrain avec des matchs  » positifs  » protégeront les joueurs ! Dernier conseil d’un ancien joueur fidèle à ce club ….quand on est acteur il faut savoir faire abstraction de cet environnement extérieur …pas facile mais ça se travaille aussi.
    Tyrosse en 2019 sera encore là pour défendre son maillot frappé de la Fougère si chargé d’histoire

  2. Lorieau Jean

    Bien analysé, bien formulé, moi qui suis « out » physiquement, je suis l’évolution de ce club que j’aime tant. Bonne chance à vous tous, joueurs, staff et tous ceux qui comme moi ont (modestement) bossé (vidéo pour les jeunes) et que j’aime tant !

Laisser un Commentaire