Article

DIRECTION NAFARROA

Principe d’alternance oblige, c’est donc le stade champêtre de Saint-Etienne de Baïgorry qui va accueillir nos représentants  au titre de la cinquième journée de championnat.

Et autant s’en persuader tout de suite, ce sera loin d’un voyage d’agrément au pays des vignobles d’Irouléguy.

En effet les statistiques parlent d’elles-mêmes : en dépit des deux défaites sur leur herbe, les Navarrais  ont toujours fait honneur à leur réputation  d’équipe qui ne lâche rien, mouillant le maillot toute une rencontre, et puisant dans une fierté ancrée dans les  gènes, les ressources pour terrasser maintes adversaires, un peu à l’image de leurs cousins Mauléonais, qui dans un proche passé nous furent connaître d’amères désillusions.

Obligation géographique et économique, la formation basque s’appuie depuis des lustres sur la formation, avec des équipes jeunes toujours performantes dont on retrouve les éléments ensuite à l’échelon supérieur.

Côté Tyrossais, bien peu sont les joueurs qui ont connu la victoire en ces lieux  lors  du dernier déplacement à l’ombre des murs de la cave coopérative (peut-être Paul et Lorin) au terme d’un match qu’ils avaient su gérer et maîtriser.

Pour renouveler l’expérience, il conviendra d’évacuer la déception de l’épisode tarbais, en s’appuyant sur les points positifs de cette journée notamment en termes de conquête et de présence physique.

C’est uniquement à ce prix que les rouge et bleu pourront se mettre à l’abri des velléités adverses qui ne vont pas manquer, et éviter une déconvenue dans le style de la frontalière de la saison passée.

Faute de quoi l’objectif de se positionner dans le haut du tableau aurait bien du plomb dans l’aile  à l’image des premières palombes ayant commencé leur périlleuse transhumance sur les cols voisins.

Jean-Jacques LECOUONA

Laisser un Commentaire