Article

DIRECTION AUCH

Pas le temps de cogiter après la déception de dimanche dernier, voilà qu’il faut aller ferrailler (quoi de plus normal en fait dans la cité des Mousquetaires) du côté du stade portant maintenant le nom du Petit Caporal, lui qui avait le don de galvaniser ses troupes.

Et pour pimenter l’expédition nos joueurs vont devoir affronter une équipe qui, après un départ de championnat conforme à ses ambitions, semble éprouver quelques difficultés à l’image de ses deux dernières prestations soldées par autant de cuisantes défaites, et qui en appellent à un sursaut, et là, pas de chance, il faut que cela tombe sur Semisens.

La saison dernière, en alignant volontairement un quinze remanié, le staff avait le choix de faire tourner et de donner du temps de jeu à quelques joueurs frappant à la porte de l’équipe première avec à la clé une défaite logique.
Mais à ce jour, ce ne sera certainement pas l’option choisie dans une confrontation que l’on aimerait enfin fondatrice d’un espoir toujours entretenu à l’image de l’état d’esprit affiché face aux Périgourdins.

Pour l’occasion, l’UST a retrouvé les valeurs indispensables à ce jeu, à savoir la solidarité de tous, une bonne mêlée, une conquête correcte. Il n’a manqué qu’un soupçon de confiance et de réussite en deux ou trois occasions, qui auraient sans qu’il n’y ait matière à trouver à redire, permis de regoûter à ce succès qui se dérobe depuis de nombreuses semaines.

Le titre de Sud-Ouest lundi matin résumait parfaitement la situation: « Tyrosse si près et si loin ».

En parallèle, les Espoirs vont accompagner leurs aînés pour ce qui constitue le coup d’envoi de la deuxième phase de leur championnat face à des Gersois performants cette saison dans une poule bien relevée.
Sauront-ils monter la voie pour ce périple qui en d’autre temps s’apparenterait plus à une virée gastronomique sur les terres du créateur du fameux magret.

Jean-Jacques LECOUONA